Skip to main content

Full text of "Dossiers Secrets d’Henri Lobineau"

See other formats


(fHenri Lobineau 


D05SER5 SECRETS 


( V tAiitu/www com/Mifie Jatv» .su vttrxmn wtgtnalc / 7 lahhatix S'tius 

n uvu/K ntproittnt t/tK Ceux qui ne/utxaieni pas Jouble emploi uwe t’upuseule : • (iênèafu^ie 
Jet mis mèrtrvinKK/t\ ». que l’im trouvera ù lu suite. Ce simt d'aiileur.s ces dites ptunc/iex qui 
cnnsitiiiaient ce secunJ recueil, ainsi qu'en fait fat le sommaire qui le précède. 


1367 


?K\Upp«. Toscan <iu Planti«r 
17, Quai de rtonreboUo, 17 


PiWIS-CYîS:; 



• LES DOSSIERS SECRETS DK IIEKRI LODIMRAU " 

A UoneolRnour -lo Comto do Rhâdoo, Duo du RAzèa, !• ItfgltlH* dasoan- 
d&nt do Clovia I, Roi doo Pranoo, Sdrdnloalmo rajoton ardaai du "Roi 
et Saint" DoKObort II, son bumblo eorvitour préaonta oa raouall for^ 
cant lo " DOSSIER SECRET " d'Uonri LOBIHEAÜ, T*»«Aa d^TliAfilf 

• a 

■ 


Léo R, Sohidlof déoédé lo 17 Ootobro 1060, à Vionna (Autrioha) dana 
oa quatro-vingti^Bo année, Alt un tria roiûarquabla généaloglata plua 
connu aoua la paoudonyiaa da Uanri Lobinoau, l\>urtant auaaitot ^a dJ- 
cia un Révérend Pire do Kloranoo, dana un artiola néorologiqua d* un 
Bulletin, traita pou oharitablauont la vénérabla déAint. 

L'affaire fut rapriao par Lionel Burruo, dana la Soroaina Catholique 
Ocnevoiea du 22 Oolobra lUôô puio encore raniao en quoalion labHo> 
votnbro lOùd par un opuaoulo '"L'Affaira do Rennea-la-Chataau“ iaprlué 
\ Lovalloia-Perret par l'Abbé Ooorgoo dj Nantoa, aoua lo paeudonyaoi 
S, Roux,‘Co domior Abbé tombé en diagraoo prie do eea aupérleurare- 
fuoa do 00 rétraoter, oxoouujunlé il diffuea dea lettrea "A «aa Aala" 
où 11 attaque la politique du Souverain Pontife et doe Kvequaa, d'ou 
une raioo on garde du Conooll Permanent do l'Kplaoo|>at en date du anlo 
do Rare 1067 (2 Uaro). 


Depuio l'Affaire de Renne»-lo-Cîiâtoau a un aena plua vaata, o'eat à 
dire l'Affaire du Languedoo, avec pour motif la "vitloulture*, auaai 
la vivant et naïf eymboleî André Caatéra, à la tete de la naroha aur 
Caroaooonne A la fin de Rare 1007, nuuilfeatation de 20.000 Languedo- 
oloiia marque une évolution tria nette de la aituation et la Préfeo» 
ture élle-nirae orolt à dea . pertur^teura étr^gera à la Titloul- 
ture RéeUltati une centaine de bleaaéa, et une déclaration dea Bve- 
nuea’de la "Seotlitanle", c'oot à dire de Caroaoeonne, Hlnoa, l'ontpel- 
11er• et Perpignan i "Conaolenta de la détorlatlan rapide du climat 
moral, dea conoéquencea grave a qui peuvent en découler, üb J gq _t 
Inrormée de la conjoncture • éq<>noralque dan a eea donnée a f o n d ^jut a^ e a 
. déolnro leur ooiamunlqué, qui ajoute - la col Are ne oeaae de monter 
car l'horlxon eot bouché. Rarement une telle uiianlmité o'eat manlieo- 
téo en pareille olroonotanoa", 


Allona-noua vofe 1»IHDEPERDARCE DU LAKOUEDOO t Poliaora et Légendee 
pSur ÏJrîîln I Peut-itre, mal. l'affaire d'Indoohlne, du Maroc, A, la 
TUnleie de l'Algérie, de l'Afrique tout entière prouve que per.omio 
î^et ineenalble au epeotaole effrayant d'un grand peuple en train C' 
în éoraeor un petit. Aueel quand on prétend défendre J**, 
nomme a, mieux vaut ne paa oonunenoer par lee nier. Or le Laxxguedoc 
îoure la terre deo Légondeo, la terre de l'annexion franqal.e i>ar la 
(lÔln* Blanoh» d. Câ.llll» «t do 1 > Inqul«Ulon....t d. no. Jour. 
r” l’on oont. la IdKond. d’un prlno. qui volndra d. la Hç. ro.Uo 
leiiKtonuo otdrll» v«n«nt du LanKUodoo oonqudrlr la Krano* I 



la vie Inoollte de Déronger S<iuniire, Curé de Renne»-le-uhateau, 
" Auotrl Eat Iinpororo Orbi Unlvorro 



Qu« savait l*Abb4 D^rsn^sr Suuniftrs pour avoir nialis^i & grand prix 
las oonslruolions de son dOBalns, Iss p«iinturos et los statuas âtisn* 
gss d# son ëgllsof Pas autre ohoae que 1* indi spensable connai seonco* 
QUe savons noue de luit Ce que l'Abbé U. Uoffet uonfia uj^ Jourà Léo 
T’Obidlo/' (U. Lobinoau) ou encore os que révéla l'Abbé Doudet, curé à 
nermee>lee'>üaine au R. P« Vaiuiler* Dono bien pou de chose touciiantna 
découverte de 4 parcheisxns en février 1U02, dans un pilier du laallre 
autel de son égllee, i savoir l 

!• un paroitsBiln eoue fonse de litanies, qui donnait la généalogie.. 

. des dssosndante du Oaint-Rol Dagobert II de l'an d«l à Uars 12A4 , 
date du uarlage de Jean VII avec Eli sonde do Cl sors, portait la date 
du 14 Uars l&ad et le eoeau de blanolje de Castille. Reine de Pranoo. 

Q* un parohealn doiuvant le texte du tealament do rranqola»Pierre do 
ttAUtpoul, Sgr. de Bennea et Dézu, acte conportant les généaloglee do 
1200 à l<i44, ainsi que alx lliortea touonant Saint Vinoent de Paul, Ce 
parohenin portait la date du û Koveobre 1644, enregiotré le 23 Heve./- 
bre 1644 par Captler, Kotalre à Rapéraia. 

3 et 4*^deux paroheulna, des extraite de deux évangilea dont la da¬ 
te doit-etre entre 1701 et 17U1, le texte eet oodd par l'ancien ouré 
du lieu, l'Abbé Antoine Üigou. 

Cea dlvera eotea^apportéa A Parle on 1003 sur le oonsoll de Uoneol- 
qneur Dillard, Kveque de Caroaesoiuie, oonfiée à Mr, Uuell, Dlreotour 
do Oaifit CULPIOi^ reetérent ul térlouretaeiit aux ntalne du l'^ro lioffet. 
ùifin oe damier, asort le l Uara IQ46, au 7 Rue Olonohe de ea blbllM.. 
théqua pillée, lee doouaente n* I et 2 oitéa. paunéront en fraude on 
1040 à l'International Leage of Antiquarian UooXeollera U'ilngloterro 
pour aboutir aux arohivee eeorétos de l'Ordre de Walte (voir dona ce 
rooueil lee divereeo reproduotiona de lettrea). 

Si noua regardona aveo attention le paeaé, que peneer loaintunant du 
''oyaga «le Toulouae A Uareeille en 1006 de Vincent de Paul, eet-ll re 
Venu de Uareeille Vure le Languedoc, oot anolen paya deo Sarazlne ou 
Barbare e. A—t—il ooiuiu A 1* époque Robert Pludd î A-6—il vécu eux vont 
le testegsont d# François-Pierre d'nautpoul, prés de ce dernier entre 
1606 et 1607 T I^xia Vlnoeni de Peul a-t-11 revu entre 1030 et 1640, 
lore de la fondation de la Uaieon dea Lazarietea A Alet, le .Sgr tout 
^ulaeant de Rennea et du Dézu t Que confia dono Vincent de Paul A aon 
éol l'Abbé Oller, fondateur de Saint Sulpice de Parle, N'ewl-cepu A 
Rennce-le-Chateau et au Béxu que Geeton d'Orléone faieait frapper sa 
rausse monnaie. N'aet-oe pae après eon retour d'Alet que Vxncniit ren 
Aontre Riohelieu ... Léo Sohidlof diaait i ■Celui qui oonlêonle l'é¬ 
trange tableau de Vélaquezi CRUCIKIXIOW, trouve objet A méditation*, 

♦ • 

L’affaire de Rennee-le-Château touoûe tout le Languedoe, o'eet neao 
une petite guerre entre Servioes Secrete, un oau panai lee autreq la 
dXeparitlon de la eorviette du ouïr de Léo Sohidlof, transportée pur 
Un certain PaXhar ul lalam. Cotte aerviette contenait lee aoteu aln- 
el que lee doaeiora aeoreta do Reiuxea entre 1600 et 1000, et davalt- 
etr# renies le 17 Février 1067 A un Agent délégué par OenAve en AUo- 
aagne de l'Oueat, or Palrnar fut expulsé et se retrouva A Orly le.. 16 
Février, A l^ris 11 attendait lee ordres, il rencontra lo 16 un cer¬ 
tain Uorbert Régis, ingénieur, le 20 Février on retrouva lo corps do 
Kaxuar ul Islam eur le bullaet prèe de Uelun. Il était lorobé du rapl 
de Pari B-Conôve, plus trace do oerviotte.,. 

Tel eet l»un dos nul tl pi es épi sodés de cette guerre secrète. Ici le 
ellonoo eet règle d» or. Queotlon de vie ou do DOrt, L'on peut nene.. 
.. renier eoa amie, eoe proneeeee, oes écrits ou sa elgnalurel 

Rdmond ALÜg 



l'.V.ïîfiirî H. S't r-c er.*. îr:.-; 11 r*T,.*t ?r‘^Trr,-.n 

1'*" *îoc»iCcunlâros à l’AV^"»! Jîoffot, 

* 

»;. i’.l5cit*:ro;:N lurs »*« rctm ver.uc, . 

ettîe attente, * ♦ . 

• Veuilles .•.7rrcr,r'.on--Jleur,• IC fc'.lnti.îioiis Vn. 


•e .■;aYo:: 



J* .l 'O O] • 

1æSvî-^.= ^• 


ycfli ccr_" ■ 

ABitrrrn lu Cl.ntcan 


(CAPITALE! 

ITXASSOÜ)]. 
. 'I 


U ■■ 

>* Haïr» «arrrapak^aiil parlUuKar C>iaprl rtidttlKàtTY 'J 
CI.UllMâ 34 iiuil. — L’OtciUnit rcctaiaa lan iB^tpra*» 
ter. n taul <#ltf 4a ta llfeiacat. A naa« 4a naat ' 
praaittaa aaaa |i rca<a 4a rktiaeaaa. C«al tr}a acriaaa. • 
ataiaa 4aaa ‘i'eapril 4aa .mapabrri 4a T.y.O. (l'aati • 
ilanalUia Oaaitaa). lia aant aa ptu plai 4a 4aa* aaula.*! 
'»iir laa II pillliaiu «le * Ariccr. tU a (lâr«anittil a Ica * 
ii>(al« iu)« ocrMaim c’cit lintaa det (canpaa atisn>l*n>^ 
(■panicbiiK camUac. , • «4o. antaiir <la iwlil aillajia. 

'*^i!crlalaa aiii |>rnt4 quIH 
'nal B cnmiMcncé {«ar de* *' a'aci.vtail là *«l‘an tiale .iNibU* 
llilt, lira iralfili «|nl cinai'* •'eilaire. «Tiiilrct ani cherché ' 
(ni lir*acpu|i lat aUlIcura , A (aiuiiacnilrc. Bien «al^ 
chllfau «le IlaaUécur.'cn «‘lU Ciice •’ . • « Â 


De Bayonne à Menton 


Tii * lr«ct, «tUtrlb»!# «vre* 
ci>niMi»r« • * < 

« pfê<iAi*iit : « 51 iNmt , % 
pU\ i|t»r Ir* U^cl- •• 
•aiu.cauimuml i fire le* 
fBii pauarra «le ta France. . • 
ém au rXn. a. ■ ‘ 

c 30 «aril «Irrnier, .JOlOOO ^ * 
l( élalcal iMprinirC *tll* 
iual a le ninnnpole autre‘'l* 
f* "dp .réeanamie, tri nçaU'.fv 1 
««r'-r*-'. W *<l* (*«a • 


'Car ta FX.O. a paar k.l; 
4a aavlaatr laala aaliaa en , 
T*« 4( I‘■a44paa4aa(( al 4t. 
raailâ 4t l'rlhaie fraaeal*'' 
ae. a U a taar prraniar ak*',* 
Jreitr 4a rtal^aer rindéjea»? 
daaea 4t ' roreluatr, ’ 4«J 
Itaraaai à élealan al Saatir. 
Iralla.‘4aa' Tpranaea «I 4a, 
Lcwtala é Likaarae.'Maall**. 

,C*n- tl La'Mara.. >*.r * •' 


ta caahlan palBiawa <■> t«l«a iaflava 
aa «•ll««lla»aa •«! «aUan a. <«• paa 

L aai (aniaauanaat. Cala CU, la«a| 
aa aalitani a'aaaUewar. é amillarar 
I rlCMll lauc pavaalr Ca «leaalauan. 

*Jaaa Oa«a*C(>. * 

• - . • . . 

% aalaia' alatiCa Uttn (hat lai 
•■'•CJLS. *l«a Ca Irraia ariai lai 
U. l'’iriecnnn Ub« Uitaiaa C'aeratl» 
^ ; IUai aat 4l4 apéaCai. . 

U 

«. Cail I Itiiaa 4'aa ailla riiarm* 
( 'Iklantml paaalaira, pliaa C« CCna* 
A , ialal»CaaBe. Caaaai la lanparli 
4a la ailla, puia aarti uaa aiirta* 
*. Lrrncallla al mim» han (priai 
laïqu'iu naaimtal aua Maali. 
", cu(, mjl(r* lei aahartatlani au 
I*, eilnta 4ai ClrlfeanU 4ii luacti* 
I* |:aai alltealai. 4(i biltrrti Cala* 
Jr . Ilraal 1 ihiau* ealn 4a nai. 
r ran4anl la 4e<iM. U faaia aaall rl 
r* 4a U ealia an plaça 4« 4lip*iill{ 
paiieiar. Us rue* liralte, a«i 
£ aaCaent I U preiteiura lltlenl 
F' Uacuéai par lai eialaai 4ai 
'• CJLS« nua l'an ipareaaall aacaCi 
kt* an iria4 aambr*. anaCa al eaa- 
a<H*. I Iravara Ici (::l(*Ain La 
J.!' (CrCaMnla •« aMPumaal a»i 
II'. Mail* 4(*itl alan (tara la 41(114 
a. J (C panCiai U Ct’eiritan 4* li 
lll./auta. un* 4r(/cil-*n 4*n«l la 
y ,*n4r* * 1* arrlpalw* pa«r ramai" 
1Ira tin* r4«*l«llan au prCId. Il 
a (tait anlanda cu'cll* larill r*r*a> 
:* , eu* la r«l iira«tla(ni(aL 

jèncSa'pavcs ef'picrrcs 

la • klaiiCi élitinl 44]l la^enCi 4ani 
Il • an* pharmail* praaha 4a la pail*. < 
4 f Ua* haur* aprl* 1* 44k<at 4ii. 
* J Incldanlt, lii'biiiiTai i* p«ai«‘ 
B I l•4**iaal..*•(c U min* ardiwr, 


In Inini, Taul l'allrlaar 4« ^1' 
llaKul («1 4(a*l4. C* waeaa lal. 
r*na*ri4 («ir* 4eui aalri. Ma' 
«u*M penamt nwariaia-aliwi mb- 
*' puiri La circuliitan (arraaialra.' 
* On paàlalan laaaua. nul iraU 
r-aaiani paur la ranci* (*«>nl*.4*' 
'2a. ailaalian. Curani eniiaC* 4*. 
'leur «atlur*. La «aMcaia (»i pra 
,clpil4 4*na la canal praaha. 'i •' 
, LA aaaara. Ira CILS.'fa- 
traupit (aulra-alUiuCicni al *■ 
1> h. M la far* élall CCfiEla.. 


.*•**! ta aniiiiloliiian, 
ridaaa iriM *«*<14 u* oar 
•ira aillnl naUmacM I • A 
laiu,* *4 n«i t>t4t ar^r 
«aNt aiir.i.i, |'4*ia«. «a i.. 
priuai *a i* alatlia uni 
•••a aaai •. * 


Xlin a'dall acnuli atpaafiai j 
car lia vlcneroai. pJua Mn, a«r • 
. ta Natlaaal* 113. atappaiani U cir. f 
eulalia* al cei la«(.d(nl4 ipara* | 
4>nuei, nalfié 1* nali taaabee, : 
anianl lieu au baiird 4n lact. j 
‘ La rCualaa 4*1 ««Cftaiani irait 1 
paatlaal camaiaal 4*nt la phaa * 
4rin4 caUa* *1 la alalaac* «af^ 
bail 4(1 aralann Kaaklall pla* • 
141 ippirtiair au faUilar* atéci.', 
irrrancrn. OrpuI* Caui bmIi 
•, un «Miali* pr*r*it4 rifnilt abaa 
• Ira ulenrranK A la Chambra . 
; C'afikuHara, r*n<i Raraur* 

, la atiila André Cailara. CnI un . 

hamiBr 4t es aai, prilt piapcx» . 
; lilr* 4 I‘ei*nu4*a* lacite, nui an ' 
. maiai 4* 4«u waii ait ptii« 4u . 

atiCa laçai aa aiaCa r<(t*nal. tl ‘ 
. m'irait 411 I a Til 4*n*4 4r ma ; 

prapn lalllatlac. ta 34 iauriar,' I 
L aa* nanian fan mca uiOata é • 
M**lr<4*aC*rbi4ra4L 3*11 Iran | 
.rkitUni 4* aifun al fal **n4« J 


THE INTERNATIONAL LEAGUE OF ANTIQUARIAN BOOKSELLERS 
LIGUE INTERNATIONALE D£ LA LIBRAIRIE ANCIENNE 


^ M»»il W.C. W 

c^»t* 

^ ^ ««wMr fl «i 

14.»w U ««■«■»* 1. 



_I 

ft. 1^**^ 

«I Af U 

n M 
• •Mis 

^ l«W*« 

la i, Mâmi 



i-^ia-i*^^ ••• 

«<#•3 

iâ. l*mïhÊ»t^ 

tm*%t 

«^^id 4r U Ukffim ior w f 

H 4« Cmiiwp**» ^ rtMMftfd M S«» 
te f » 



IhL & fVi^wi 

U. K ISM» 

»*• MteiAMV» f»«% (Twi 


Paris 1« 2 Juillat I960 


k Monsisur Karlus 7À7XIÎ 
Archâologu* 
Château da Ronnas 
Rgx::TS-L£-c>:A?SAC 
par COüIZA 

(âuda} 


Cher rieuoieur, 

a visita da la saaaisa darniira à votre 
ÎISS, et avant da quitter la ?raace, sous 
plaisir de pouvoir voua iaforaer que 
aat en effet hiatoriquescat la plus is». 
nce, car cette daneuro fut le rofufo ca ' 
SICI32S7 IV, fils du Roi 3AC03ZRr II, da- 


Aprks aotxj' 
château de HZ' 
avons le eraadj 
votre, château 
.portant da.-/ra| 

631 du Prince 

venu Saint 3Ad03KR7, ainsi que da leurs dascondaata, las 
Coates da Rhdd 
Faits' at'te 
de la Reine 33 


as et 3uc du Razba; 

rtéfpar deux parchealr.s'portant la sCââU 
AîtCSZ de CASTILLâ (qui n'est elle oSse 
Jasais ôté d&qs le Ras&a) avec la tastasent do PaAüÇOZS 
PlâRRâ d'EAUTâOÜL enregistré le 23 Koveabre Iô44 par 
CAPTIER, notaire k PSP-RAZA (Aude), pièces achetées en 
1943 par notre Li^ua avec une partie de la Bibliothèque 
de Kr. l'Abbé's,K. H0FPE7, 7, Rua 31ancho k PARIS, qui 
détenait cas ]^ikecs de Kr. l'Abbé SATtiIâRE, ancien curé 
do RàSr:ES-LS-ÇiA7rAU. 

La piarré toobala de SICI3ER7 IV, figure dans la 
livre de STUB^EIN, édition de Lia'oux en 1884, elle sa 
trouvait dans |l ' Eglise Ste Kadeleina de REN’SES—LS—CEA7E1 
elle est de n( s Jours au suséo lapidaire de CARCASSOKZtE. 

Votre Ch'eau aat donc doublaaont historiquei 

Donc noui vous prions da croir** Char Monsieur, k 
nos santisanti très dévoués. 




4iOC^ 


*<âUON 

; iT 

*<fc»»tl»Ortr»<>< 


aiTïcxC*—«Cl (Cl 


îï 

«cocher 


CT1P««~t-* 

•t «•*•.»*. 

tUlfAtHt 
••• «‘^Ay m i 1 


MATKicac 


7ï 

WuaOUD 

i»*»e* 
J'âSCJUOC 
«« >•(«« 
ncccccMiLâc 

e« (an«rti 


TT 

ocibkH*<n|«CMn 

^•■Knlt* * 

tl> 


(C) 


<I<IC 


itfci” 


T 


MâTHlCtf 


U 

««n «w 

• Cm^I 

(Vit* «f Akmtw 


■î«»nA 


M«!iru« 


ÎT 

âLCZ 

KC!>«4?* 


0C»r^uCC 
^«vw 
f*CXz>î I* 


*<î;.ijjCi»«c «ui MectOtuCrvCTTC 

*9^# t« C>*1. (Al 
4 'AAH^i(ri MtnwkOX 4 # 

«t n)l#tt44 


MAi«Ag 


*11 

AUX 


NCMAt 
Ou< if 


tAiACVH S 

A*l#t 


•AUQdirM w 

lAI Atix 4 »*uw leHCMaHO s ’iTn^î^' 

»r.(. *•«*«.«.. itH-ttlO. ^ 

Cil Iomcm «Mi €««•<>«■ 

THICAAT «« JaUlMflt «Mttf MAfWIA, 

“Thitfry U frM«« ' 

(O lOCl «*A««MMt Ct*A*» l«m M* M K*^r» 

mttitf MvOOUIA «• ftttK«l, rni u tim BU C«lMr««>. 

criMatisCHOC iir »•)«««« ccocmoTM t»vi>!M «r 

K«« i« »«^n rist, «U* imm 14«*«f« 0» Mur 

U MI«P TMItt. 

(Jl mClI/UmC «« MtlutifKt ««Ml* léMfMM* «t Lr»«i«w«w ^ 

«MC !• cMHav »i t»Hht»4 *» 6<iA M Uii ^ 

MMmUOS <1 U «mMAM «MC^UM •* 



titXunr: 
Ii4*An:j 


c«< «• Jt^uCêitm 
<« nis i 1112 
CuiUAUmC 

(iMCUi «»M) 
n«rti«« «• HtnfTfrMt 



■AUOOU'A V 

r«i «• JifNMl*"! 
•U) 


HAAlC , 

*4|« «* rt^xrmi 
MAMkCk 

IIOCUX 
♦ 120» 

V 

I 

t 

I 

I 

• 


L- 


^ ^ AATMOhOlH 


•• •• IUmj« 


AkAIN 

'(WM WItl 
Cto M «AAfM. l wC H "» 

«ît * 

- . ■wCi.WVKC 
I it«rtti( 2 > 


•»v««e(BC. 


MBUOI (« lWfA««i 
I (« mamaI 

t 

« 

i 

H<u€9 s »tiiS 


MAliCn OC OOuIjOCMCnICAUIACCM 

LaAiam# 


♦KXüCSlŒ ♦ 
J At UnifiM* 

I t» «f U M4^ 


i SgV ^ “■ 

9M9t4t SfVtlXC 


}T*t 


(;cîrT»or. ■-»**Av*Tr 
IkcrMaiMMWi CO«Vt «MMt;* 

»<r«.*lAt(LlX 4 , >AvMiM 

CC'JrT»8t 


llAtCUC «* 
«- I20« 


JCIVUkCM 


eoaCMOHO s «—T—» 
(i«W«>j>J 

friM*« A*t* 0 « 

inU'i20u 


0 «a;ci.kcvrx 

0» Hamac 






2« ■ 


UI- 


■eMCMOHO iv ■ 
(!• MftMt 
O» «« Inpau IXf 


, AHMm««kU«t«M (Pj 
r* «• Oifpr* •> fIM A 
• M 11114120 ) 


«4 XivlAUX «• 

n)2 « ni7 


-- .w«~»eT a T3c«« 

♦ lîM 

eO*«UO M MON TTU «AA T 
«or. « ijr, nCÊ^fté m 011 
"*tlM a» >prvMi«IA«l112 


iîîr^ 


'MCLIttCNSC 


»«J«UOO — 
«• LvyMM 
r* Si CA|çr«*l2ia 


>At.lX »12*« 


MANIC 
M «cUMvMlm 

M 1201 


CmAALU ' 


NCN«I It^KâiIAncC ISABCUC 


— MAAlC MANIC , , 

*« «• &UI4.M>« (MtMtlir in«r*l« /*y*î. (!•«"»«» «'AMmüm 

• ^*iruu<,m00 i OiaMmA-Am» »<-“ 

12«4i 17«A JtruMN» ciPIÎTaT 


♦ 12V* 


Sttln 
CM M Jétt* 

/ 

NUCUC 
Cm «I CMC* 


NUCUC * 

J 

roiMCkfOM*» 
■212 A 1217 


4 - 

XAHI 
r« «4 Ci w 
QI4-1211 


KNMt» ‘t» 
r« «• Ciiypr* 
mi‘Q24 A 
rot «4 J«>«Ml«<N 
«*12««12*I 



I . WN«* 

rWtAOM 
kvfM «‘A«r« 
m 912 
♦ nJA 

•Aicoca 

(MorM«l 
roi «4 CVrpro «i 
«21721214 «trot a* 
Ut«-t 2 «* 


r 

AH AuaT>-««lAICLlX. 
Con rwt* IM «4 ^>4’A rtoa 
jHoiiMMtnio^s. 



wniHC 


«21041221.4ra«oiA«4 

aar laaVMOro «• «221 


ncaotc a 

«• HMtKVAuiVt 
CtiMrrtM 
toi ar A«rot 4 ira 
«•1221AI2S0 


ConNao IV 

«4 HoAmiUvIIit 

Ci»iMt«'^ A rr-«Alart. 
toi ANWo «« JtroiaW* 
«Atzso «ei4 


« «î 6 J\ a'« 4 ii 4 
^.«4 \oJ 212 


CONAAClN 

0 uca 4 WmM, 

rm ITwMro 04 J4<v>*l4M 
«4l71*4t2iA 


(Cl'HCMI C *«f M ««4Mr roi cKkIü Oi Artvialcni. 
(Ml-LCOM «cnti'tr roi«'Armcaia •••••••••••• • 

(|l•JACQ0ClSl ««raifrroia» dfpro. 


traACM AU» JCawlAtCH 
AltlM'AtOw* kA—M 0 (i 4 «rt 
«4 CcaMc *111 


*«>41 

' i 

liOH (Ml 
roi «"ArtAio# 

' «27* «271 

♦ 4 f«r««ti »«31 



flOIACK 

Ml *4 CTiTpro 

«Jii^n*! 

( 

RCNACI 

<4 Oi»*ro «lAl 

i«J«2 


ÂÏC^I!? 

rot a* Oijorc «4 
«312 4131« 

i 

J4NU1 

roi CArMO 13111422 

l 

«CAM N 

rtMCAtaroHUMlA 


. CNAACOm 2AC:^1 IW MU-I) 

roiAt <4 (X;vrt dfMU TOt «• CAfOr* 141021471 

(MpotirOft MrOMOrlnro) 1 

4i4io>«t4i7 , (Il j*ceocir{r4A»M«i 

... ^ ,, CAyaro 1472 «474 









•«tr« 


CViCIMl eCMCALOCttUt oc UOMCC 
oc tviIoMAM ( a'C)x 


OufwVCMOH 2 


♦»»* 


iTooTmc 



CtAC'.CHCH s 

•74 


"•?« 


-•MtMAUO 

4* •# 


ai/Cnm 


•rtti'n* nlIKu* 
_A 


AAMAUO 
♦ 15 J 


\ 


MATHUCeoT- * '^ !’^ - 

tf» «t I 

«174 T 


•H gf*»** 
♦ 107 
4 

>HAVOiAC 


AASOWITCM 
• (* «• 

«tut»>4 m «77 


■CIA VI 

♦ f;s ^ 


Alain n^— 
•**^*4*rit* 
«Vf «• «rvtl^ 
Ai 1171153 


• AKSCUA 


SiCCftAt «H 
•• C^nO' 

» 1.*««>.i5!> 


AA 4 AU 0 

*’5iian»yJ i * 


ecnaao 

«kt4 


WA4^«•>^•AM<n«r 


•ATHOhOIN 
«* Amcw 


♦» «30 


>M(LU5lCNC. 


ch 4* AA»r4 




«•«74 
hiAiXA t < 

hi 


AAXC*— 
MMh.ith 

15t«** 


-» NcCixïî 
m55‘.*in 


t;.i* Nil» 

.•«tr ^•CA««ll> 


"Ï3<i3< 


J 


tirto» 

-J-» «fXiits 2 


’W • 

••%«• Uvg'Mn 



oAacuc* 


«•<<IA 


•tAXt 

*1323 


► jrir* 


J<4«S 
'h lur«t* 

♦ 1054 


•tATH* — 

tf 4 iwa44« 


i 

«JCAMS 
4 «•«••11072 


CU5TACMC 

«• I. 

'üüci.ia.SS.?^ .Acwcit^iSjwiicvcc 

Uk**tl~ i 't* 4fllf" t*«**«<l*t«» 

! «IflOl».^.-^' ♦104I 

“"^tviTAgct»-»-^ ^ - 

' 


NXUUS 
•h kU««* 


> AXICMOIS 


♦ 1015 


MueucsS— 

•1* tA»lt«r«w*‘ 


'AiACAASC 


MAXAtfT 


Ch « ••«HAl'h 

M 1010 *7 




Mucotsa 

■••••-thft» 

41111 

_J 


ClrfTAChtï—y 

tJt «4 S*vl*1"« I ' 


KAtMCC 

■ •rlfi • 

KQClCwrv* 105* 41103 


XAH a«—J—•CAKt»cc c«ur«4 
'licfoiti' I 4wsr «'Cif*»* 


tf«<rr»T 
n4cf «• «•«•ri 
«• iilfcm* 


ncAtct 

♦ 1155 

i 

• I1«1 


• CCI 
(Urh) 
«■ArS»* 

H0AAi1A*t»MWC0Cm«2»-*l0l5 

«• ll«IA«l «• •■«•««• 
»).<« «ocrt 
lUt «• J<>ut«4fm 


• MVCUClIS 



MUCuUT 
*h pm* 

♦ lOW 
AlfCCAAOC 

O* TK«iMr« -- 

\ ♦ mo 

SA«iuun>c*>>'vcv<t VH 

J h »fw* 

« n4< 


• OU1KOO>C«»NUCUC5 vn 


ACHOOiS 

H h Mkrtfc 


rOULlUCA 

«'»•!•• 

♦•■ «• Af'rui«h« 

<4 1121 « 1144 _ 

«Auî’sCTïTi ït"U 

A.:«.Jtr,.4h^^o^ 
¥ 


AUX 


nooilamc rftrrc 

• 4krt4« 

«• •«IA*M« 




OtUthl^nK 
ch U M M«/<M 
♦ ni5 


«SXuhrl»—!-• MAHi^ 

1 Camat*** 

xF\ •«•rtflf M *14jKf 


JtAh 

luomti 


Aîca*ca 

ftt 1113 

»«<p pIfXMt 
•t U C*. 0 


v,JLÎlHîTr%c 

ntl I 

Calis-=T=*cyu.tXTC 

• •1143 «•&••« tyi 


«AUOCVIM (V 

•h 

• W m 347v**141h 
«f 373«1t*A 


•inuc 

«• 34fV14t*1h 


Mî à»HiS«*«4 fV*»!» 

V 


l 


;'r. 


rat «• J4r«ru»»<h 

«• Il«5'«t112 


♦ 120 I 

LOUIS 


JCAh 

• • lUS 

• »»•«• SI** 

«•12204 13)9 


I5ABCILC •- 
«• J«rvt4l«>» 
♦ 120* 


«• 5>.0i«>fr 


ciNetTc 


MUCUCS 

0)41119 


••'••131230 

4 

JCAM 

•l••«rt254 

r* 

♦ 12*1 . 

MAACUCaiTC «• niAtCyl 
••• 12«0» Ut7 


•OHCNOKO W I •4«CLIi5CM0C 

•tokargn** I 

Cit •« Trfp«ll I 
• •Il «7 j 

MAAIC «- ■ • 


(«laurMf* «‘l4**«U4 


1 


• AKAurrs 


«• UnlonjM 
rh •• CArPA*»»11 
li «• 2«tV44t*«( «• 
1117 4 1205 


«Mir* 


C*«* 4 

•• 1277 
••• dPhVihr 
J»f«»»4l*« 

nulff «rK«»»«4«H ««<^«»•^^»^lf♦**54♦«»W•»«•••» 


• OUMLtS 

«'A«i •«,•••' 

«• Sicil^.phà 

r«i «• J<fv«4W<» 
«•12«4« OU 




CM*«« «ATMOhOlh ft MCUUSmC, 3 fÎNiHV*4JC5I,«CHAUT4 AHTOlhC. 
9*r ■• m«r( 4 g« «'AHTOlhC *••« OirfliMVh «• t«i»*«*iA'1 ««Mil Ailh» U 
MfllM <• LMitffl«Mri< 


I U tian4« «• Linoon. lanl l«t «rfAClMl «û<*Ahti 4« UprrHMrt «it «n 
■•••• ««««K CCLAIS.U MtM«* «et ■••wn dtllMdiM.UIrwtiAa* «•* 
•••••«•taHOCHCrouCAwT, Uh44lHr«« <»» 8*rh«4«t COUHC.U CiAOuf* 
m, «fl H«i 4 «••;C«USALCM.eTA«C «AHItCHlC. U ii.:««« <n C«ml*i«t 
lATHCNAT tT 50U«I3C, U ««iSituriO# COICHAC. tlUH»ilM(«* 

M 5:»ur« «• CHV»4u-«h«f.»> „ 

••ff«Jt «• 4* CTICHHC oc CKTPHC OC 

Ltf5ICM«H>T*ai«l-tS71.T»ni«2-lS«7. 

4>LC5 c^nCalocics» 


«ift»* «• If mfîlOA «• LuDOHAit*tA MAAChC 



kUtth 
«• U fluiltn 

<«U «ocxcrovcAuT 


■UACHi 

LmiMI 


«wll .105101 AU, 
•««••«•i* l•1•t•••«t•r« 

«• CtMrt 1155 






OntùfNC OCS COHTCS OC SAiNT-CLAift 


fi»!lon,di/c<ltN«fmnnak , 
par Choi>lttlB,^lf^k tlmpim 
au </« StCl9lf^*uf*£pk 

tn 911, Mo(»f €(1 929, 


dull*} 


4t RICHAffOn ROBC/tT 
Oucfienf.) tk.dTMTtw 


ftOOENWALO iNorlhmtn au Normandl 

♦ C>—*OISEL€,Hne d»Chot-lt»'hftmp/a' 

ttaàaBayiun 

2t OUILLAUMC,d1falonçaaprrt> ■f9<0,0uc 

J: RICHAROX t6 ti*rantt}, Due 

MAUCCR WCOVWCr €MMA mÂPhILÜÇ ^ 

e/«. étCorhtuy femmedt femme de f*"*'^^* Ludet 

Geaftroy.cte. Ci'ketred.eai ete de CPQtfi'et 


S! fttCHAROm. 
Due 
11022 


i-.ROSERT 
diHeediabtet 
Duc 
1103S 




MANON 
dlftou» denfta 
né 1005* tôt2 
fui au Va! dt* 
Dune* 


dit fcM/tuntte femme du 
fit bâtir le ehiteau tie de Bout. 
et NgUte sl.C.'air, gagne 
la tire dt *1. Clai r 


NUDERT 
*t. Clair d' 


waldcrnc 

nêtOO6*l0<2 
*1. Oalrd’Eeoite /Angleterre 
et dt Normandie 
marié h Hélène, 

-''-- 


St,CLAIR-ROSSLYN 


S 


b 

^il 


femme de ûaudoum 
dt Flandre* 


St-CLAIRdeRVClL 



St- CLAIRtiEfTE 


RICHARD 
de Narferh 


bUTCL 

eti de Carnau- 
aillt* 


AGNiS' 


>phIüppc 

de Brute 


OUILLAUNE 

baron de Rauf/n, *irt de U Oair 
1* marie à Oaralhëe Outbor 
2' marte O Agni* 


genfalagie dreuet par i 

Fabbë Pierre Pl, AN TARD, 
vicaire de la Batiligue Sfe 

Ctatilde dt Part*, fO’J-t9J9 

planebe n'9 


2^ 

»r.Cto7?^Vç»- 


HENRI 
baron de 
tjfn,*irtd* 

eSevalier ' 

tn Terre iolnlt en 1096 
femme iRaiabell Farteilh 


-y RICHILDE *- 
retait *1. CJotr- 
tur, Eptt en dot. 


-O ROBERT l 
de Cboomant 


HENRI, baron de Ratd/n 
dt *t. Clair 


Arme* 

de 

PIERRE y 
Cle de Rbëdar 



(tulle) 


FRANÇOIS JOi 


,BENOITE MARTIN 


JEAN xn MARiE' CLEMENT 

ney20/2/12a< nie en 1/09 

PIERRETTE MICIIAUO T - 2 !î l . ^}9 jCAN ’XTOl 




AeV /e 

URSULE NEANTaâ!JJJ,lU PIERREIZ 
nie 23/lfie(2 



ne 26/1111009 


né 20/011035 
te dëtitle en 1021 
en faveur de Charte* * 
ton frirez- - r 


CHARLES lUlîJ^ÊISELISABETh JULIEN 
y/9/te<t 


nie 22/6/10(9 


JEAN MARIE LAZARE 

ne‘29fU102S nêe26J0li070 né 201311001 


PIERRE y 
ni 1111011022 
marié 23I1UI911 
ov«c Rdula 

b Pari* 
lue’te 301011922 


TSUiT 

né 2311/1001 

•P 

en 1939 


ETliMNEI 
ni 3t/3/i30< 
marié et nom 

breux «nfonUl 

en Angleterre 


I 


Bien gue ni le 19 Juillet 1072o Comaêl (Morbihan), mon 
aieu! était le neveu dt FRANÇOIS m,malton réfugiée dan* 
’e Nivertmi* en «48. du Château de Barbarie, dont un pre¬ 
mier intendieou XlilauXTl/tiHIe avait ravagé te donjon, ua 
deuxième ordonné par Morarin dan* te courant de juillet 
1659 dépouilla tofalement le* detcendanf* du Sol«f Noi DA - 
OOBCRT It, lignée ô lagueti* je doi» mon origine. 

Abbè Pierre Plonlord ' 
e ou tervice de DIEU depui* 1090 


MAISON PLANTARO 
(branche oinée) 
oirSode de 1000 i 1900 


Cénialogie drestie par l’Abbé 
Pierre PLANTARD.vicaire de 
la Botihgue Sie Clotitde de AiWi 
et fO-31939. 

planche n? 19 








CéNÉALOpie- BLANCH^rORT 
1300 h 1920 por* 

rAbbi P/err» Pt on tord, vicaire de 
lo Soiiftqoe S/e. Clotttde de Porta ^ 
ce 9 mon 1939 


1270% JEAN de Ja moiion dei Ptont-Ard, épooae laabel de Ve/roc, tourpremier entant 
t Richitde çui e'pouae Pooaaena, leur petite tille Hermlntnde épouse en 1272 Guillaume-Pi erre 
Houlpoul, dont deaeendcnee suit t 

CUILLAUME-PIERPE*-^^^ HERMININDE 


Æ 


ARMAND RAYMOND 
1394,Hélène de Ve/rcc -, 

, I • vïîîV 

•*^ERRe-RAYMCND^^'\kH* 
*5n, d'iAusi///on 

GEOFFOX 

BERNARD 

I 

GEORGES I 
» 

GEORGES E 
PIERRE 

FRANÇOIS ' PIERRE 


AUCER 

^à^jessr d'AussUlen 

îô l 

GASTON 

i 

JEANl 

l 

JEAN H 

; 

CHARLES 

l 

JEAN m 

l 

JEAN-ANTOINE 
i 

JOSEPH 


1- 


gausserande 

^ A 

Z 

T 

Ùil 




É *^1 

1 nsaors 

nsots A 

r ’ 

N . . 


CT «ir M 1 

r 


91 ftCCM 

A 

A*C!3 _ 


3A>»t 

î 

i 


SMAVPOV^ d* 

PX 

n 


tLAüOisFtAr 




Acce 9C jou 




AVTC ê9;r Ami 




9C9*ftis La 



jivrt raMvisa 




Hacotaiai 

A-:?. 


Af^viaa CAT.’it 




>aCI 


34-2-1691 

~r~ 


BLAlSE» baron de Rennes 
t/re maintenu par Jugement du 4-1-1669 
’çouse en 1640, Marle-Lucrice du Vivier 
10 entants donti ^_ 


• Martine de Roux 

1121 


*0? 

^ O 
^•c 

’c- 

• 5 .'^ 

tm 


■0< 


JEAN * Catherine de .^uiserguier 

ne 1694 Senfants donti 

JL 


-w 

MARIE 
religieuse 
à Prout lie 


tNR/J^^^Mcrie du Puy 
42 4-1695 .Sent, dont- 

V -^ 

ÜANCOIS 
orquis de 
Soncbe/ort 

i rtltes 

l - 

MARIE 
733 4-1761' 

W Ne’gri d*Abtis 
loir grovurei 1 2) 


LOUIS prend le 
titre de marquis de 
Blanchetort b la mort 
en 1644 du dernier 
descendantde lo bran¬ 
che ornée Blanchetort 
s.p. 


JEAN V 
1724 r 1604 
chev. de Motte 
et de St Louis 
marié, 0 entanjx 


HENRt-ANNE 
1724*-1792 
commandeur Malte 


planche n*22 


ELISABETH 
1735 F1620 
de Rennes 
1 .p. 


PAUL-LUC-MELCHtOR » uzanned'Aslorg 

176911543 V 

PAULrFRANCOlS Claire d Houlpoul 

«r 


gabrielle . 

marquise de Blanche- 
fort. 1739 F 1790 
épouse en 1767 Paul E Vincent 
de Fleury, sgr, de Caux. 6 enf. 
.dont: _ J 




DOMINIQUE, 16514-1923- 


l 

RAYMOND, ni 1660 


PAUL-URBAIN 
1776 41736 


-^Marle WerePkin 


G. Farcot 


OLIVIER,né 1912 
dernier marquis de Btonehefort 





















Rgnart d* Sro/eï 
marié *n 999 à 
Aloftt d* Champasnt 

/i/t Cad*/ 


i^AiSON DE 

(form* ht branches : Pithivhn , OHéens. 
JoinviU* et Commère/) 


O O 


Q 


•< 

UJ 

U 

O 


5*2 c 

(V. Xj ~ 

.* J 2 

^ 2 U 

•Q O • 

< w -S- 
1j > 


Etienne 


gnè* (1} 
leur de 
idetroy 
r Boij'iHon 


Sge de Vauxfprit 
de Saint-Urbain ) 

fondateur du château de Joinville 
en 1040 




ctise de Joigny 


Hodierne' 
de Courtenay 


—^ Goeffroy 
fl:e/e de Joigny 
2î»ire de Joinville 
■f- 2S janvier 1081 



BROYES 


_ .,f ~ Roaer de Artaud de Joinville 

-i-1121 




enleVe-b Joinville t>ronche cadette 



Godefroy 


Dicte de Joigny 
Jiire de Joinville \ 

Renaud JE 


Jeanne 
de Hurmont 


JOIGNY 


\ 


fAH» de 
Chompagno 
-h 1206 




f fl e/e de Joigny 
Sliire de Joinville 

Thierry lit < 

(le vaillant) 
morfenll^ dans on 
Isobel Thierry E 

chne danoise / fie frondeur) 

12'-cte de Joigny 
6*sire de Joinville 

î ,lVs / 

' sur ordre de Val demer"h grand 


Agnes 
de Joinville 
née le 29mars1l94 
élevée ou Prieuré d* Essonnes 
-f 1269 



* ofJ: d. JOIHVILLE 


Jean 


de Joinville 

l 



Simon lîS 
liîcte de Joigny 
7;sire de Joinville 

^ / 

_ RenaudtV 

U'de de Joigny 
fl* s/re de Joinville 

+ 1259 


EtoTde -v-^Arnoul 
deJoinville\ de-Livrr 

Adeline 
de Ljvron^ 
mariée, à 

Renaud El 
Cte de Chérise, 
ancien Sgr, de 

Vaudressel et» 
Chérisey-Dios 

Verdun • 


,lean J- 


I 


mariage 
en 1243 



Jeonne.de Joinville 
1 femme: 2 filles 


n J- • I — SimanjL : \27 

. I ■ ' Mercaeur Ç: sire de Joinville 

f5 e/e d€ Mercaur ^ 

-h 1324 Agnes de Brienne 


Blanche 


Mahaut 


femme 

oenfants dont t And ré, baron de 
JoinviUe.sgr. de Vaucouleurs 


Jeanne 





H lAUCOum X «* w «f • lFé«l*tai« M*u, *«► rin««« w» t» ‘.t 1I9N . 1 titl* 

«t au «t l’im»ara«r Aamatn'Ctfmafrf^wa.» 

•tu/ MDUJJCT-Lia e^aUaaii 1^3S• Ta.-ai 3*Z:i 


raUlT. Iaw4avinl4v< aiaail la* l<>V« ^ S'an. FiA caMra-Kt «t i>ffeaiip « Sf li‘aA«r« 3‘Aaia.ia ti»ar«(ion M aa ri*mt Xa^Utti 4a SiaUiit 

uca«i<>r«N«n a i rOran 4w Tmpti. 

OKOMC ou TCMALC I OAOAC OC SlON ()0*0 1 MSn 

• Lia ariaaa irtaitria 4a lllt à 1190 • | Aiaaya Nalra-Oama au Manrai Sim à ja'ruulim 

I raa4altwa’t0«4i1rar 4a Sauiliaa a* 1090 

faMaaraurai Huauaa 4» Aafta. liaaa aa Sa Omar aa Mufuaa aa Ch. *»at laamairartaaa 



Caaatcauj 4 a Sian, ai lAnraai iMMiiaraiiciCuiaar i«»Aai) 


Il •h<auti 4a *aT«a eanifl à Mil 

}l Oaaaaf aa Oaùo'aaaat • I1JI i USO 

]t ftarnara ai Tramaui 'IlSOi I1S3 
41 Oarfraaa oa OièAcafoaa *IIV) i 1110 
sa JaK'aaira ryicsafaha *1170 i Wl* 

(1 ffMaata Oah*A«*Si AiaMiaa-n?! i l'79 

Ti ThAMara 4i Clwia <1119 i V.t4 

t! frMaoil Clnw^ai AiOaaaart 1104 i <10 
frMaa à 0<a*aaCa^>, aa'oaaanioA au ti«i»*i,caafaiha ««.tara .‘MaiAl 
l'Ormua août p'«la«l«M ai SalnhVamaM aïau'ara. 

___Îi2l£üi 


tKliSO CatorararMaUi/M 
TanpUtra, t« 1161 îhamaa 
■roiar A Ofia>^ ceniir* 
«arc Jeûnai Ctiari. 
llOltauOun 01 iV<n«f4 



ARICUMC OC SIOH 0 U|| 

Orari aa U Roii<raU !rIs|| 

-aArtUa* 


91 Uaan ai Ciaara 

Kl Maria «aSl.Oa^ 

lit OuMiauma 4a Oti«rt 

lit Ï«0uar4 4a Oar 

IJ! Jiaani Oa Bar 

|4t JianaiSlClalr 

161 llaaicM a'ftrtua 

161 Nicaiai riamal 

17! Ra»«’ a'A»|«» (Al 

IB! <41444 ai Bar 

191 SanAra Cïiisapi 

BO! U'a44r4 Oa Vûici 

31 ! CMnalaPia 4a Savr»«4 

33! ArawiaKO 4a Cantaa»! 

3J! Lauii oa Nuira 

341 Raoarr (Iw44 

16? J.ValiAhfi An4rVa 

36t Rabirr loa<i 

37! Iiaac Niwien 

38? Chania RaOiiyiri 

39! CAariaa aa UarralAa 

JO? Maai4Miii4 aa LarraUa 

}il ChaiHia Moaiar 

J3! V<<nr Nafa 

31! Ciauoa Oaouttr 

34! Jaan Coifiau 


aa ntl 4 1330 parfhimvtoaiUCAN S 


• 1330 • 1366 

- 1366 * U07 

• 1307 • lU6 
•IJ36 -Uî! 
•1361 *1364 
•1366 '1398 
•1398 '1418 
•lAlt '14S0 
•1480 -1483 
•1483 '1510 
•1610 -1619 
•1619 '1537 
'1637 - 1676 
-1675 ' 1696 
î|596 * 1637 

- 1637 - 1664 
-1664- 1691 

• -1691 -1737 
-1737 - 17«6 
-1746 - 1780 
-1780 - UOI 
-1801 • 1644 
-1844 -18 8 6 
•1686 -1918 
-1918 -_ 


wCANNl : 

jtAHri 

— n 

jtAKNta 

-*CAN7 

jCAaoiCS, 

-EAN® 

-tANNCS 
uCANia 
—=• 11 

— 1 

— r 

— r: 

— n 

— JU 

— 3X 
— ET 
— El 
— ET 
— XX 
— IC 

—xcr 


CAI ttni a*Anf4u 4*44 Nui? 4i«.e'aar It CéralivB Oa Bar qw 4 
4itrct‘ la pau»4rfpai<aanf 9 «u I3 aria puaa4J(|) 


t/ura 1189 iMJ06 rOrira porta la nsNi Oa ORMUI, w«a parfit 
Oaa «oamprai aiaarf aiut laa rolllilua du prltura aumoia oaJi4«,i 
poaair da 1306,8 ft'iaiiia p4ia av'ui* atui w^rt.la^R^awra' oi Si04. 
qulnmpuea la palif prilur/ tu Mar* oi Ji'enat l‘Or«ua, laa ma»- 
brraaaa 6 ai 6 ' 9 r 4 aai tcauMOa laun blatona afaiaMaiiCaka tilâ< 

*rai RoH-CrauN. _ .^461164^) 

Cn |IA 8 , Uaon 41 Ciaara IrVoauitkrlcna Oaa tinrrn eantl'erora, 
an 1306, Cuiiiiumi Oa Cn»ra ao (ail uaa aaciâlâ lacrOi <4i^a frareha 
Mcannaria hafwIdRua •. dut Ttadra 4i oàiruira Maaarm. 

' _ R*ï» MOoi 

La ^favrâ »i Sion n iai paa v<c<taaa\<r oa ! Orart *i îawpK.Ua^- 
paralmn Oaianr ai «ai. capinOantaB 1307 CuiiUiOM Oa Ciaora raeo4 
latâla oir.CARo! LV«t»aa lOrora OuTimpla*. p*iji393j,j 

La c^TUNaAOam lama Canari oa Ciaora OaiaO Ca iJCi it Juadu'ou 
Xni trAtla 4 ll 4 ta IrouwM Oaat la monda Oi U rua oa Viaana.aor'aa la 
paaaaC* «“ MonarRua UCiaora-tura-rrancal «a commuwquairparioi 
aoulirraiA 4 Rluaiaura llagaa aaac la cimaliart ta 1496, at «ma eTia- 
pilla à Sk-Cathtniia Ou tMiaau. fan tacha auATIttitcte IrtnUtoffiaa 
O'^ehiaia Pu Wiuau 41 S« 0 h ù*n* «ma tr/ela Oaa aoulimaaia, Uaatnl 
U IfouairaK aui una a»ili inpicrra 4al636 ta l'antiia *,miNiaa,a3' 
poaii aant rigliaa. p*giJ36jU 

'Oapuit la 6 |uiii 1956, Jouritoi oriiciildu 30 juillii l9S6*n' <67, 
aat Ot nou«au rieonnu ailKlaatmiM m frtntt la pomoir 4u PlhauM 
Oa SIm, ordfa macoMiawa di la R«at*Cro,a. 


ra atSiaia, 

Anora' 4 a Man.tirO, ArehamOaut 4a SalnhAlanaa.Nirard 4 i 
Mainata'ar,CoAaa'rar. Raatal, 

Aprba U hrahiaandt Ridirfora,grand malfra auTii-cii.ti*na7 
prit 4i Saladin.laa rtllgliua Inirida 4a S<aA ta M>r«„in* an 
Cranta, A agn ralOur 4l craliuca LOUIS Vlt,la jauna.ranrana 
aarc lui 99 mambm at l'Orara Oi Slan. Carfaint raliaiiui i‘4' 
latlIraM ou graM priaurû SalnhSamton a'OrlCanaqua Cl roi 
aanall Oi dsnnar i Itur Malaon Ca Jirutalam. SapI l'inalgrlranr 
Cana |l9rara duTcmpia arringliit pràtirariiUintrirau paiit 
frifvfi du Mgnl oa SiM llitu dl U cammuni uroaina a'>’ianil 
eammuna aa SaiV.aamla-llonc Cfranca), 

Ca priil priaurt par coura-hHaia IfOuimr Mua paoRcripn at 

aa SatnhSamaan d’Cntant lia «lala luranfi 

Il frira Rainait ta 1163 A 1166 

31 - Cflbtfl .1166-1178 

Jl . Jaan .1171-1191 

ai - Barrurd . 1l9l • I31| 

61 - Taat .1318.1230 

61 . uian . 1330.1339 

71 . C-rard . 1339 .12a4*càoaauacroaaiiari oum* 

Il - Rodarr . 12*4 ., 3 a 8 "I 4 uaim«t»«aaa*rra 
91 . Nuguat . 1348.136* * * 

toi . Thamai . 1364 .1366 

ttl - Tarric . 1356 .1368 

131 . Jucduat . 1361 -1391 

131 . Acam .1381 Umtmoanrda, 

Cn 1381, Adam Ctoa uni parcalM Oi larro pria d'Oraai aua mai* 
nat Oa caat AbOara il (lA Chattâ par laa ("àrii ca Sion a* »u«a 
dira à St> Liaoiro a'Acra la 30 Aour I36l.li aounaaiaa r([vg>a 
in Sicilf au *4 Oarail mourir an i29l, 

Chargi at la riai-t oat*Maitont udu prfif RrvrurVOu Mpnr ta 
Sran ruiconl-ii A Raoul COOART.aieri prieur oa Sm*r Sumian 
d'Oriiant, la la'moin tignaiaira M l**c>a 4*aa4ic*i>an r«r la 
nvallM OU cTuratrira oaSaint Laaara, THomaadt SainnUi.Ua 
^allant • Oaimrarl lia 9 commanti-iat 4 i 1306 A «AdO.puia 
à eilTa ipORuaanporpia nempra à 27 temmanoiriat daman/a, 
lait piua rara par Muann.u oirniOra fui Caili oa Nanm, 
nnanaifraa A Châiana. tat cammandiraa na poiWOa,r.rput 
aucun bianain franct tf turanf-phuotophiguat 

_ P*9i’«»<i) 

Cn 1461, l'an campialf. 27 ctmmanaariia autampia riunaarchi 
aïo mBath'Aniaa (pvaiona'Annal aifuia A Rrnniria CrJtiau. 
(oana l'Auoa an franaal laa plut Impariarfia ctiiuiuncir,ai rurota 
lourgaa,C,aara, Jamac. Monraa-Michal.MonParri^Pamt.u 
Saiitmr«,;«Aay.U ^nrobSion muif 7 graoaa, 

If! Rrtua ......•a«n6rt,739 _ 

3?l Ceupon... —134 3| tam. 


3!l Chau*i.an. 

4?l Cammanoaurt. 

6n CreiMi 01 Saint—'a 
6?) ^‘"cra noachifia oa Neara-Qaini... 
711 Nautonmar....... 


|l|man, 
37,2i;mi 
sjiattS 
3)Raiaa 
J Cran 


79 gaooa 


6 ! graac 


6! gradf 



41 gnaa 


3!gra0a 


31 grada 


ClWialrair du'Uiao Oit ca"af,fue,ani'-IdiliM an eommanaariaa oa Canin .AaOl 195S—lh>C- 

pUn<hi*!4>0RCRl OtSlON 
ptli,»hiaua UMu^nUiraCinaut 

.I9S«- 


Tatliau oa Henri Lobiniau 
. gantaladina- 








LE IIIEnON DU VAL D'OU 


SI juin IXT. 


U* philoMriiri inr»-.» ii^iiootirril «inctle 

Hfi rr>nnAi««.iniT4 rrnrz-im^ra |«.Mr 

mjllwUocio. Ari«lcle <li«.iil f]irrllr «rpoil tic*» 
rrt cl >jinl Clfmrnl <l‘Airtan<iric •■'prinic lo mfiiwt 
fT'fl'on. L# mol fMirhorri oji A rn|t|<roi K'r >lti mol 
. »»n* lloi*)* , Moi . 

Il c»l fcmor^ooM* i'i'cn litlircii lo raclnai^rn 
•ifiniric courcr. Idfc <|>n #>o»o<io A ro|lc d'oripne. 

Vffur cno'lale (jne 1r^ dr<iiitc* gtulo.* iC tcrvaicnl 
de fflrncltrc» ^ick» pour dcrifc. 

Nous oomme» ain«i inciiAa A voir dona l'^nlurc 
• arreu.>o rr.ii «jui. i>|.pnricrri«t Oon.* le bo.»»iii nidûl- 
)err*n^.-n oye< (r prmirr, |e.ir ciiiir rl iciira diCii*. 
Cr«l /colrmeol rhet nu nit'niirolrnl fié roocua le* 
mvlhrv rreiiriiii* por le* ilrrra. 

I.r* Aoininr* de la pmtr.iuitioire avitirni. neiu* U 
fAV'Ooi, lej vro» UoiroPv ver* Ira conrirllolloii* d'i 
Boni, rl Ia Orandr 0«ir.*r r«l une dr« plu* Aorieorio* 
mriii nfiiiinAt; et flpir/e. Dr il *e irouvo que lo mol 
Ao'ir iit'Aifir • Itimi^re • en Ml.reii. t^a Grande 
0.ir«r, e*r*i la • ffondo Innutro », moi* pourquoi 
A l-eiie pri* |o nom .le ronitii*! d/»lcn4 por le mdrna 
mol dAn* noire lonj-ie ? Ij> rrj'onnr r*t o*srz inallrn- 
•tue rl je tn ilonne .*<**is Iniile rfeervr. fji rflel, tn>i- 
l.-ir» en Nriu-Mi. le nom de l'iwir» nnimal AInil 
• Il U TZ oi» l'on d/rniivre le nio| n>rt*l. Que de Bivt- 
ler..* rronnnnl*. q<iel|e rn>iree eoniMaftie d'ndmirnIiOA 
qnnod on ne penrhe nln*l »ue te» rnpport* de* mol* 
entre euf, de» mot* Par Icequcls *c mnnifcjte la 
Verbe I 

N'e»l-*l pn* tvHlenI «IdjA que eUanier en on fron. 
(Al* iCniltiui* niihlixrr que > le if.ore liurnoiti n* 
leiA plu* qu'une aeulc Iniiulle •. c'cil npielcr Ia Irnn*- 
furiiinlMui qui iluil rdun.r te» peu|itr* en on seul Irou- 
prou eiimliiil pAr on *riil imilcur f 

Qiiaiil ou ilr.ipenu rmufe. e’eif erAil du Socrd.Cu*ue 
l'rjA, pnr drriniuo, une eiulfr nuise nv.ul (IB jrlOc 
*ur le* e|>aulr* de Jr*u* devonl l’ilAle. nior* qu'on 
lAilliiil *<>n lilre preiendii de Moi des Juii». Kl ilone 
r.ll*«ir</pte, MX, 13. e'eai revdu d'un monieoo 
ruuse que !<■ Ôirinl revienl dnn* In mup nid rnyole 
le riMit;' e«t rn effcl lu couleur de In puurpre «1rs lo.s 
relie roi-e pnitiilive avnnl dnnnd n»i Iimnde »r* rAicIr* 
rl *e* l.w*. me loii» )p* peuple* d'ICurnpe finbilnnt eue 
|r* rivi* lie rOrdan Altonliquc peuvent prdiendre ou 
mrmr lieritnce. 

r.n Iniil q.ie .-eul. iif. If ruuÿ» e*l eell* de Jn prinil- 
li*e religion noloirr. Si I*» «^i.ielelte* île ecUr r|vu|ue 
bunlnine doirnl pn»'e« A | orre riuipo. Ira l'. aui. 
ll•>•l^X» nrliirl», li/ril|er* de eeMe Ir.vililion.£,re pvi. 
fnenl le eorp» en rotice d*n* erilniurn cirr*»n»lnnrf «. 

fj» eniileur rcuqr e»l relie «rilenor* (relie du krr- 
me*(. |j« roiilcur noirr {|■«nArrlli^) «liiil, don» le» 
Irnnefi.rmAiinn* de In ■iilislonee pnneipe, »e Irnnïfor. 
met e«t e.uil.'ur MMIUC. 

le ilrAfyiu riMicc n. «rnulra pari, une lonpie ht»- 
liure q.il er relie A la Tridilion ooiver.telle en sdneinl 
el A celle lie la Frnner en porlirulirr. 

lAr*qup l'Fjiipire rnmoin «’eieud.iil Jusqu’en Kro*.*r, 
lin dlen.lard m*igA appeld tirillUim nu rnntnhfnn dlril 
rin*«dne le plu* vÉndrA rte* nrmAe*. Han» le* bnloil. 
le*. Il dio'l porlA en Idle rte» lioupe*. Ia Car.lc eu 
dliiil eniiHAe A einqiioate prdlorien.* rhni*i» nnriul le.i 
plu* hraves el le» plu» fotl*. Cel d'enilonl dioil eon*- 
lil.iA par une lance Iraverade rt'on KHon. duquel lom- 
liail un voile de pmirprr avec dr» Irnnue* d'nr. l-o 
|tnui|u> diriil »uim«>nldo d'une ni.ule d'or. 

AprA* *n rA'AUre vùiUM» mi le nio«i..jr.Ai<«M.o du r'*ri«l 
Irl non la eroii eonime ou le rtil A lorll lui appor.,! 
tlAii* le poleil. vj*ii>n qui eul lieu nu* environ* il'A’l 
lun, el q»ii NI neemnpofiode d'une v»»it lui di«or»l • 
p,r" re rijoe lu ealarro». l'empereur Cooelnnlèn Ht 
pl.irrr re oumodramine au aommrl rte U hampe d. 
l'dlrndord rouge en lui donnent dds lor» lo nom »>gni 
flrolif de Inbarum. 

Kn faiL le monogramme du Chri»l, ce dont bien pou 
ae ilmilcnl. eonlwhl le» dldmenl» aymiioliqiie» ii^cj- 
•Aiir* cl »uril*nni* rm*»’ •* luhvriiii/ic •. 

Ui. draiieaii rmige lut dune le pretmer drupeuu 
frn coi» el celle Wde »c renfutcc si liu» ae rafiwlla 
nue le cdldUrc uri(liiaiiiie c<in*civde dans In liftaifique 
lie Sainl.ne iiys’ct qui conduisit Jum iir» loi* le* Kmn- 

I M*l t^ieiuorlur a. leMjuei IM* el rtalr* lioquea» 
eî-T te i.i.nr ial*rl-r An r.i»*i «ru. 

. I . . 111 . ■'•kXii. «r .*••"' he*y» .r.irni arl* u»e 
•-.wîu.iir fd leu A Ufi aar l»n UH 

«.*eofii»re »»«e »* ^ UeaT» mil e"l »o. • 




(. 11 * n In victiiirc au cn.ue • Mi>nt|e)e Saint-licnys • 
diiul une hnnii.drc i»uuc ildeoiipde en poluirs imr U 
bo*, pnrüPiiiOe de lys d'ur et bordde d'une frange d'or. 

i'.el dlMMlned dtitit originolrcmenl la bAnmere de 
l'iil.bnie de Üninl-Henya, sn couleur rappelle crile du 
vin r«in*nerd A l>ioBy*A«. enr entre aniiil Prnyï e! 

Ill•■ll>•.•a II y A un* eiitui* par.«lie. Al «uml ll.iix. n 
|H'i<lu Ht b'te nyaiil did ildeepild. nionyau* ii perdu 
ton c-vur. tir eviui qui ddeouvre ir» rnpp>.et» qui csm« 
imi entre le* rteus Idgcuües a ptred un de» myildr»! 
de rd*oldri*mc. 

Iliunytos, c'est l'rsprit divin rn dvelulien A trnvrr* 
t'iiniver.*, l'raprit rnilieus, le vlvanlc mlclligcnce. On 
Ami qu'il lut «III» en ludi-ra imr le* Tilaii» qui lidvo- 
rCreni *r» iiiemlirc.* et cutcrrercni son co-ur, mal» qun 
Minerve (AlUdna) riiipurtn ce eveur dan» le (ici ou il 
devint le suleil aiilvni. Il y a derridre celle Idgendr 
I Mil un en*.-ii;i<cuieiit ilo In trnUilion Pr)iiiii|iie. 

I e mot Orphdc reofernw Or pAo», c’e*! IA un .not 
eoinimjd rtc deui mol*, l'nn hdbreu el l'euire grec, 
sigiiirionl tous deux ■ luniitre ». 

• l>t ddvorfnn au Zarrd/'irue. 

Cn rdaîild. la ddvoliun envers le Seerd-Gxur n'a fait 

3 11 e popiiloriarr un culte Irds oiieicn. celut du Cisur 
.1 eiel (le «olril). C'r*l iMr un ninir layiuinont qu'i'.i 
reprdienld le civur du Oirisl. Que l'on ne voie pas U 
uae grossidre matdnallaalion. L'Kgiisr, dans ses j.iau* 
me», ne gioriilc-l.elle pa» Celui qui fa rate p>iiui| 
Iniieranrufiirn ruiiiii. Ktle considtro donc le S.d-'il 
comme le lalu-rnaclr de In divInliA. Kt d.nn» le c're.fo 
elle cdltlire Celui qui e«l Lwmm de l.uminr. Dicn lom 
d'iimoindiir le ddvolinn dont il s'epit, de irites rwi.i. 
ddratkuii lui donurnl une ampleur el une anliqiiiie 
eon.uldrnbles et rcngliiticnl dans la grande el unique 
Tradition A iequclle appertienl la religion cArdtienne. 

Le coeur aecro flqurt aur dr* monumenis mrgnlî. 
Ihiquea, rr.,,ifri.iue de» If'dilivu» fyliuN u».-. On 
N y,Hl en Crdta «ur tfea va.c» datant de ].l<isivui« nui* 
Krinirc» <1 ce n'est pa» «an» quelque émoiion que l'ni 
vu dans Ica vilrmes de errlam» musCe» îles amuîi lie* 
Agtpilenne* reprCsenleni un eorur surmoiiic il'uiie 
erois, identique» aux modernes insignes du S»cr*'> 
Corur. 

Le» Templier», raïUehfs A tiae tri» anelenne Tes* 
diUon, avaient en grand honneur le caïur «acri. Un 
ciciir rayonnant devant lequel un pertonnage est eu 
adornlion Hauro sur l'un des mura du donjon d» 
(>!nnn od furent enfermé» un ceriam nomur» d» 
l'ciiiplier* qui ont couvert le» murs de grofhtca. 




Aucirm Carmxnc (muiés de /Iraari) 

L'imnce du coinr rayonnant lo volt tusil dan» leun 
eoininanilerie» d'Angleterre. 

J L'assoeiatiun du cinir du Christ el du soleil oppa* 
mit nrltrinenl dans cerloln marbre gravO datonl rtu 
siif «Isria cl provenant df la cliartrro*e «le Soint* 
|icnl».d‘l.irquea.'I.e cmue btrasd Pgure cn effet sur ca 
m»rhro rniourd dus tigtie» du todiaque et des signes 
pinnéiairr». 

O'joi qu'il en »»ll, e’eat en Fmnee. A Paroy-N- 
Monial, qu'oni pri.* naissAnce les dévotiooi envers le 
Snrré-Ctrur, qui •'inlitiilall le lliéron du Vol d'Or. 

(‘in A frnii'.é en IJiOd A Aiiiun sur nise liimlie rhré* 
tienne ilalAni du vi* sipeic une In.scriplion en lellre» 
grrfq.ie* (un a ilil que Ir* druide» tcrivsifnl en lel- 
|r»** j>rrrqiirs) Kilc rompnete oiiee ver» el la première 
,Iellrr ili-* cinq premier» fi.rmrni le nvsl tClll'US. 
V«ûi-i une nsrlie «le relie Inscription : 

,« Il ra^-e divine ilii 1 * 11^*00 réle*te, rcfeii» avec on 
eiviir rr.»l*eehieux la viej Immortelle parmi le» moi* 
li-l.* dans tri eau* divine». Ahd rcfAi» Ion Ame aui 
fb.i* éternel» <k> In sages.i» qui donne le» trésor». 
]|e.,*nj* l'alluirni rtniit eiunm* le miel du SAiivciir rtt* 
s.*iiii*. Alnnge A Ia fAim, tu tiens le poisson dans tes 
innin*. ■ , 

raioy*le.Monlul. U 6 février |V.*ii 
Le l'ansi 


— 40 — 


NÉCROLOGIE 


M. do Cnyron, ancien curé do St*Laurent 

Le 3 [anvlcr 1897 s’est dicint à Toulonsc un vdidran du saeçr-' 

• docc, J’abbd^ Emile.» t'u nt,oLs-Iknij. Asl Cjyxsüi 

. ancien curd de Saint - Laurent , prùs Montferrand , ni à Aubin 

• (Avcyrcui/’, le 11 décembre 1807. •••.*' . ' 

Apr^s de sérieuses dtudes, le Jeune de Cayron annonça k scs 
. parents son dessein d'enircr dans rdut eccldsiastique : nous ne 

• savons comment ils acceptèrent cette nouvelle, ni quels furent 
les combats qü’il out li livrer ou les joies quMl lit naître,...’, ce 
que nous savons, c’est que la pidtd dtait hdrddiiaire dans cette 

• famille, qu'un de ses aïeux, prêtre aussi, entré dans U compa¬ 
gnie de Jdsus, était mon à Toulouse en odeur de sainteté : le 
i^lcssager du Cœur de Jdsus a souvent édifié scs lecteurs sur U 
vie du R. P. de Cayron dont les précieux restes sont ontourds 

. de vénération. * ' 

Initié au sacerdoce, Emile de Cayron fut nommé le 3 juin 
1 833 , vicaire H Mirepoix (Ariege), où il avait suivi son père, 

• employé de l'Etat. Six mois après au i»'janvier lâS^, il prend 

• possession de la cure des Issardj (Ariège) et, au mois de novem¬ 
bre de la meme annde|'son pire ayant été transféré à Villcfran- 
elle* Lauraguais, Il est incorporé au diocèse de. Carcassonne et 

• envoyé a St*Laurcnt de Montferrand. * •* 

C'est U que doit s’écouler toute sa vie pastorale, du 10 novem* 

» bre 1834 au 3 1 décembre i 885 . C’est lîi que nous l’avons connu, 

. et, aussi loin que nos souvenirs peuvent se porter, il nous appa¬ 
raît comme lu modèle vivant du bon curé de campagne, plein de 

• bonté pour scs confrères dans le sacerdoce, ne négligeant rien 
pour l’instruction de scs paroissiens cl pour la beauté de la mai- 

. son de Dieu, Une de nos joies, et des mcillrures, était d’al.cr le 
voir, de îalucr en lui le bon confrère, le bon ami, le bon con- 

• sciller, \c patriarche du pays, c’était le nom que nous aimions à 
lui donner. Nous admirions en lui le solilatre plein d’urbanilé, 
de procédés dé ica’s. de nobles manières, sachant vivre avec les 

.. grands Cl les petits, avec les riches et les pauvres, les aimtni 
tous Cl te taisant aimer de tous. Ce fut le secret de son bonheur 
et de son prestige pendant les ia ans de son paslorav. 

Mais en meme temps il savait nourrir son esprit de lectures 
sérieuses ; nous avons vu chez lui toutes les séries des Anna¬ 
les philosophiques de Bonnciti. dont il faisait scs délices.,, et 
nous trouvions toujours sur ion bureau, à part quelque ouvrage 
. nouvcilc.Ttcni paru, un volume de l’hisioirc de l’Eglise par 



—- 

• • 

Rohrbacher et un volume de ihdologic :* il nous disait sou** 
vent qu'un prêtre devait se tenir ou courant de toutes les ques*» 

. lions qui intéressent les sciences ecclésiastiques. 

En lui le prêtre intelligent êloit aussi le bon prêtre régulier, 
pieui, sachant faire aimer le bon Dicu.t On pariait peu alors 
l'œuvre des caidchismes, et beaucoup de curds. s'en tenant I la#* 
lettre de la doctrine, en faisaient peu connaître l'e'conomle* 
Pour lui, le catdchisme dtail i œuvre capitale du pastorat. Peut» 
Cire, une tlmiditd otlu/eile qu'il s'eiagdriiii. et qui ne lui per* 
mettait de monter en chaire que dans son dgiise lui avait-elle 
dtd donnde ptr Dieu pour tourner toute l'ardeur de son zcle vers.** 
Tdducailon. religieuse de l'enfance? En fait, jusqu'aux derniers 
jours de son minitiêre pastoral,le bon vieillard lut toujours ftdêla 
À ce travail si dilHcile et si pcnib.e dans nos campagnes, et rica¬ 
ne pouvait 6 ddiourner de cette œuvre II laquelle il sacrihali 
tout. • 

11 avait trouvd dans sa paroisse une famille d'antique noblesse* 
où la religion diait en grand h onneur les messieurs de Raynes* 
anciens d'un autre âge, qui avaient vu de très près les horreurs., 
de 03. tempdranaents quelque peu Jansdnistes. et, par 1^ oiême, 
dimcilcs à tourner à la pratique de nos commn.nions fréquentes; 
mais le bon curd par sa patience ci ses prières.i.':s avalent réduits., 
b son sentimrnt et il une obéissance toute Htiale. Il Icrma les yeu^ 
aux anciens devint comme le père bien-aimé des jeunes, et sa* 
bonté, sa douceur, son uroanlié le rendirent maître de tout les. 
CŒurs.au chdieau de Camboyé.Ou reste, sa piété rayonnait il son 
Insu autour de sa paroisse ; on venait ac loin recevoir les conseils.# 
du savant directeur. Il forma pour le monde, des imes lonc* 
ment trempées dans la vertu et dirigea vers le cloître d'autres., 
âmes d élite dont quelques unes l'ont devancé au ciel. 

Ce n’est pas que toujours la vie fut bien gale à Si-Laurent. * 
Si-Laureni. c'est* la solitude : l'église, le cimetière, le-*. 
presbytère, la demeure du sacristain, et puis.,., c’e::. tout* 
Le village est loin.* derrière la colline dénudée ; il est des jours*^ 
où pas même une voix humaine ne vient troubler le silence- 
obligé de cet crmitigç. Et quand les circiniei d'une goutte-- 
opiniâtre tenaient le bon Curé cloué lur son lit, quand le poids 
d’un tempérament bilieux l'écrasait, ou quand ceC inexorable- 
ennui qui s'attache à toute vie solitaire le soisissaii l'horizon . 
était alors bien sombre,cl 11 n'avtlt pourie réconforter que son . 
église, son Dieu et sa fol. Son église II 11 en avait lait sa maison,. 
U l'avait reconstruite k peu près tout entière dans de bellca 
proportions gothiques, et, â part ce que lui donnait la famille* 
de Raynci, ^nji^ .4'.9Ù .[I a nnj icj resiourccs pqur 

combler Ui dépens es d'une aussi grosse réparatio n. La propreté^ 



rornemcntaiion, la bcauié du lieu saint, oni t‘lé une de sas 
grandes prcorcupaiions :.el il a pu dire bien souvent à Dieu en 
toute verite : Domine, diUxi decorcm domus tues. 

On a su.par une bicnveillaate Indiscrtition, qu’un jour l’auto- 
rite diocésaine avait pense à lui pour le tirer da sa soliiudj» et 
lui donner un avanccrncni bien mérité. Personne ne fut plus- 
surpris de scs avances que notre bon Pasteur et. après quelques 
jours de réflexion, il comprit qu’il ne pouvait quitter des parois¬ 
siens qu’il avait tant et si longtemps aimes ; son cœur le lui 
défendait. L'autorité comprit les douleurs de ce cœur paternel... 
on le laissait St-Laurent. 

Plus tard, la paroisse de St-Laurent, était un tour, en grande 
fcie... Tous les curés des environs s’étaient rendus en corps 
auprès du bon et vcnc’rc patriarche qui s’était laisse inviter cIicï: 
lui ne se doutant pas du tout de ce qui allait se passer : l’église 
paroissiale était ornée comme aut plus grandes solennités : tous 
les paroissiens arrivaient joyeux et cnJintanchcs .. on allait 
célébrer le cinquantième anniversaire de son pastorat 4 Saint- 
Laurent. Monseigneur l’Evêque de Carcassonne avait vou’u lui- 
même prendre part.de cœur, i cetle fête de famille, et, avec une 
délicatesse toute palcrnelle, avait envoyé au vénérable jubilaire 
le camail des Doyens. Il était beati de voir tout un peuple réuni 
autour du bon pastcar, de voir des larmes de joie qui coulaient 
de tous les yeux, de voir les paroissiens cherchant du regard 
celui qu’ils ne remblaient plus reconnaître >ous ces nouvelles 
livrées. Le bon Curé lui-même ne savait que verser des larmes 
et répéter dans son humilité ces paroles du Psnimisto : non nobix 
Dontîne, sed nomini tuo da ploriam. C’est un jour inoubliable 
dans nos anciens souvenirs I 

Mais lc.« années s'écoulaient et.avec elles,s'aggravaient les infir- 
mités. .M. de Cayron crut que l’heure du repos était venue pt.ur 
lui et. au mois de décembre i 385 . il se retira À Toulouse auprès 
d’une scH nièces Dans la grande ville il continua cctic 
vie de piété et de solitude sacerdotales à laquelle il s'éiaii voué, 
jusqu’au moment où Dieu l’a rappelé a lui. Nous garderons 
loujüuri de* ce saint prêtre le plus doux souvenir : il sera 
pour nous l image du curé de campagne, .«.impie, moJesie, 
instruit, ne négligeant rien pour la culture de 1 esprit, pour le 
salut des urnes, pour la beauté de la maison de Dieu, aimant sc.v 
paroissiens comme sa famille, se faisant tout à tous pour les. 
gagner tous 5 Jésus-Christ. 


(Un Atni du défunt.) 



Oénéalo^is des roîs mérovingiens 

et origine de diverses familles françaises et étrangères de souche mérovingienne, 

d'après l'abbé Pichon, le docteur Hervé et 
les parchemins de l’abbé Saunière, curé de Rennes-le-ChIteau. 

Genève, 1956. 


p4f Henri LOBINEAU 


sommaire : 


1. T 46 I« 4 u gfiv^Alegiqut de» Coml*i d» B«p<lr l"*fl BSO j 1200. 

2 . dr r«n <200 • ISOO . 

J_ dti 0«e*C» Bértfd* L«P«Mii»e «• ISOO À 1BOO - 

A. T 4 SI*<u çéflf 4 logiqu* d» i D4Sobe«+ lîî . d* l'4n 400 iBOC. 

4 ........ _dr 04gob4Pf lîî 4 B«p 4 V ( t«t PUnt-Ard •! Ctr» d«R4Xctl d« 1*4» SCO 4 SOO- 

5. d» 0^4 V 4 J*4nVl C 1*1 bP4ncht».PohtM.Pl4ivr4,Pl«>-Ai*<i:4®®<*^''»r''* ’ 

d* 90041200 m*po»idgt*nn* d» Codelrqyd* BmjiUob.I* prtu*, Rd» d* J*rui4itffl — 

6. T4bl*4u ç*n#’ 4 logique lur l'eriBin* d*» Comf*i d* Bouleço* tt d* Souillon td* 1**5 770 à 1100 1. 

__d* Jt*n VI * J *45 XV Cl*i bP 4 nch*i PUnt-AtU PUrf-Ad* «♦ Pl4Pl4rd {loiudH 

.d*l'4n nOOblSOO- 

B. IUP 1*1 fum'.ll*! Buch*!', d’Igny, Lroonceurt *r Llt*r4i,dt 1*45 1400 * 1700. 
9. C 4 P|* d*i •nci*ni puyi d* l'Aud* ( Comt* d* Rozti) 

10 410i:i.T4nl*4u ç*n**loqiqu« d* CiiOM.Cuilfy,M*r*iiil.*f$*l5tCl4ip, C* l’on 950 41600. 

... d' 4 pr*l l'Abb» PÎCHON (18141, 1* Oocr*gr MCRvè 118431, I* gtneolosril* MAMBER6 
*5 I9l2 *1 copi* d*i p 4 PeA«mi 5 i Cr l'Abbé SAUNiÊRE C(•vn*p 189 21,4ii»it I* mAbJlCPifC* 
l Abb» CCMYAüC 2:»Ol«n** in rolio-1629) *1 C OUBREUtt. .ftBST.HiiloIrtd*CiioP*) 


T4bt«4ux réotii*! P*'* Htnrt Lobintou 
* C*nti* CSuiist) 

-1956- 



ppticnl* P*4lii*Uoa «n froii *x«<npl4irei 








lêtitâw u»tii WH cm c—11% H M* 


«mmI »|M« 


• Httmé é$ •■■•*« ü •• »• it>4 *1 »♦ OMCtf, ftMt #• w* U*»■»■><€»> iilH iM«W I» Caâ tMt . 





.llMiJt- 




• Mit# 

»» 


J «Mib«v «lAMU 


«» N»» 


NCM»IB«- 

r»» «P 

•• 1144 


t«4p ■»• Caitfw •* «§•«« «••»««»« «•MMM • «ITMM Ita^nCBvC 

m Mmm ia»t4P«« 

• t*Wt<*«***‘ 


KM< 

cii«» 




cttUt* Ir 

CM «P MkttM 


r 

r 


(vii 

MM*** 


1 


■«f iMltf 


tMiMitl I_ 

CI» * 9i0 •• MSI ^ 


! 4P rM4éPp« 


«iCMpBaMM tel4« 


f 


iCM 

te 

•• “ •«►» 

m» t» 41 


“ (• «Ml 


4l M • 14IM 
•trfH. k a Mtr». 


•iâljM «MM MaM* 

aaaalM |f winaM • 

« m m—* ' 

V 44«Ér «•# 

IMi «U 


CM m «»4 


—4 

<» M aar w un 

■ 4WU mIBMKC 

1—— 4Mi—# 




4P —M * i4W» 




« I4C4 



CMccc* • «cm pCftM 

•w M wn f il —1 

• MIC —4 4P CwpmMIC 

i*M —CM M—• M 




—f C«««4I4 

*«•» im 


fM Mt MmW 4M*M 

4«M Pt CP —P*# M4 M*«« >P^P« •••• 

4M»< MCltt fplBpM M —' 


• Pd 4 m 4IMI ppMP4 4*4 CCltf I 4 — 
I I—M «#•» p<« «pppp PWM <'■41 — C Br M4MI1 


•jT'I^XÎÎüîi» 

rpPVf 41 «4 MmC 444 • 

—J— M* _U 

■ . mti_ rS'-M lUMi 


tt M44 —Ip 
NB—• IMCm—U , 
*tp4M>4M—»ll—I 



» JCBMlf 4P i«IMl 

f^M 1— m 4^i« M4»MP 

cm 


jcIb »■ I P PIlMt 


— Mayw I MaMiaMMMai %ft a Ma â Sî» 

1 «mC T^Xitu» 


ft m tt tÊt-mtrmi tm - Ma 













































































U«(»4av« MVM H( 4 TM 




U/fc 1.'^! «M Ï4ri*'«!.to *!•?* K»i»» Xm, ém% «««r*»»** «• • «AMÉC tm4 U • #•• «•»«4N»««4 l 

• •* l•ll• M tt4< è —i*« é»m**u i«« «• r4M« 4MaM «• •4#«. Itü • m («H 4I4**. 

•miim r iMtM.i 

)i 



-— 

t>H w i. - 

•• m ••«MttdM*** ni 

•«fMil»ru «ruiMHfSSu 

iw«»i«f«ni«* tétn iw^rnttÊ^i 

■ 4^1*4P1I H B- i mm ii t » 

*ma» Upte «p»*« lia»# «fVMi g 

- • P 


«» MAMm «r. illM »<MMm !•»• I_ 

«•«•Mt ««M»• •• «•#«. «•% «• 

M Mi«4.MlMI •• «HMH «KW 

«attrl iimum»»# Ml «m. ls 

r? •• 

„•••• i**«.^* 

KlSllti '***'n Mi»»»» »»i»É>i m -- te 

%t—*w n>»»gi - 


•tl^ 


-t IL i Miiri • apsi# MiaiHii 

^CAMlt» MTVMAm 
1^ Ml Mil 




iMnww 

rüTT 


«»U Mm 
M IHKI» « 
« l»4« |*« < 


k liiiiia 



k» |IM| 4« •« «M 

WMMM 

■ «IL !• I> Ml » 





















T«tLCAu 6 C<<Cil l.se;CuC oc L* TâMICLC “^owrno 


p«r MvttPi 

t'éprit \tt ntOtttcritt «u'Crtne PritHP* S4i^fSUMtM (t I* AM^r* 4* Sa'l* •> C« 

«I ri *rcn<Mi <tf fAmiMi <« Siivri. U ^ Llm^ai. UMMU;ti«C «r 4* S*i4l CUi^'iitr-CïSi. 


0^k|«44«r4 44 **flMC0CA * C^^.q.44*lt*CAi(«tw3, là féRMiU AcAMTARO 4«tf tM tif44 4« «UPnAfn4***Pl4(l!*A44‘* C4tj«l4ft 
trRitt] 44nna ,44>t A tiu4 aiwAt^t SICCICRt 2, t4«vW AAP i« 4f4ni lauP IRMINC. *k»4ii4.«Pl *u Utét 4* XtMrpér» 
fiASOlEXT H.aa*»* 44 MATMILSC. »uit 4t (MSCLC 44 RHCOCA. AlltHiNt' 4^471 tur Cprtrt a'CIRO^M 4» *C*4 
C'tw « AmCOCA. Péri 44 it DACCICXT S >il 4444444 44 namtrpvx ki4n4 44e*44t 44 . C4 lire au# St4CBCATS,i44i 

Ml tr4u44ra riféft rt itrt la ia«(M 4t la lignr# linici 444 RLAarAaD. ttm ci’444i4ui :4444l4|i4 u lUO'a iSX. 



4Ae.Cf. 


MARIE 
I* Uk nik. 

■lAfTce t Axhtnl if Aodelot 



U1 JC Am 7 

fit '’^an# à Marau. LCurROV 

4 

Ife] JC AN 2 

IM 4441 I1)S 
4141414 4441 COiNC44 
aiWA»4n IlSti 


-3'. ASONS* 

IJ “a# «U4ul44 a lu 4'4r‘'.»4UP<4.l,C,4af.S,Vj.* 
t! 'O'artaat 1 ca4>mi4 44 iaV>4'* »4u4i I * 

1! “C'aivr k 444414 «'44* 9«u4i a* 

4Î '44 4v44ll4l* 444414«lurap' »au4 «I * 11* 
SI '449<i4ut4i4 Iran Ui 4'ar44At~>au4.p. 


/ ciau 
te) RiCRAc ir r 

•14 4441 ItiCJVl 




taani aMat^rPila 


mnÿeailc 
Roridna. pcINc 
fille qHMiu CM 
U72 Gwllaurac. 
pUMCeJ'llauipDal 



4 f 4 UI 4 l 2 Ji 


M> MAA&uCûirc 
R 


C4) JCAH H 
-4 4ia 4n IJ0« ■•— 
-♦'IM au HtT 

C 4 : ;ta.N ^2 

,*iT 


filk LOUIS Cil JCAn 
n4'l1(2.nM4>4 nii rn lISS 

‘aCUXLCTC 4*1» Alla'au Rrnara «a 
4u^Cy<ça4rti4)Mia( ca Siaa 44 rka 
' 1220^1111 

V>4ui4 1240 M eiuiina 

- A — 



(t) CLISCnOCJiSiIORS 

__ <U4 1320 


iSAsr. 

f 


—J- 

ALXC 

t 


N<4*'4 a - 

4!» -373 


ASNCS 

a 


L 

<U AOICRT 
.J A uct 
a ABa4'Mt4 

-7 - 

SISCLC 

> 


-i 

RiCARC 

mapc '4 Sp Criui 
aa'mauii 


**4 44î 4»4 4 ilPïf Î4 f J4ul4t V 
44 U# lit 1 èf^CV" 



JCAN X 

nt IJll 

Biyi j4^* a 11 i^i 
• aaitp uptauiin «uîuM 


rRAHCOS' 


tll jCAnS 
4 . 4 1:03 
mapÀ^üaia 
au 4414^444# 
4# Auiiaai laai 
^ * 


L|: LOUIS : 

«4 liai 
'*iar.4 U«| 

I 

CM jCan 2 
ait ni i]tt*Ua( 
I! ipar.açaap 14n 
Slf.ariica 4A lajR 

( 1 ) 1 

JCAN XI 

au Al 1430*1101 

Niapi» rn 'asi 


—l -V 

tî'JIS »>CRI1C 'lanctaa' 

A4 *304 ‘A.iPif* 1)4» Ip-I 

*■ U8S parauPan LaMu44«c 

«.**4 4*444'* 14*4*44 444 

<4 Pt'iarFama 'waM A^ir" 
a X 

hjOjCS 
Al l}2t 

Jȍir.#* 44 ranalpartt* 

Ab»4 ta 3*414 
4*-JA3*l37T 



4* MOftTLCjLN 


“T 

i 

MAIIlC 


ASNCS 

î 


«•* 4 . RC ARC ne 

-i 


Ii1 JCAN EX 
.14 laJtuf ^ 

414 14A0f1S4t/% 


IJARCL 

a»4Vit4l1 7 


rnilirpc 


2!«ia4 mAROuCRITC 

i- 


i 44 LiîAAarj 
CALtOraaUSCAAs 


AnnC 

ni* I4K 

14*4*4* 

*■'*•7 

1 

a4«ii.i*MC 
**' ISIO A 
mari# ISJO à 
ANNC 4* Sraitaa 


igPMIC — ■ I WCNRI RC8tAT-*-6ljetC 

usaaisssj 4* Iribpctapt :* *»t(N* I tatsa IS6S 


tmi 


HARiC 
4 R CNarlat ti 
Cp*tna«u 


CMARLOnC 

ip. Jean 44 

•aulaa 



Ce* MARlC e* UlMT-eUlfl 
1144 UJOa'SIt.manaa 
p*4 M»\ hiltur Jacaurt. 
t* CaiBia 44 Sa^-tl*e> 



*^uiy_aui ' 

JCAN Q llAaCÛ ' ÏÎSjUCS tr.) 

isiipisj* 7 dtJi *A 4 *t**aui 4 *«i*cr 
*a NitrrnaitaaiStO an LaagvadK »« 
iPancha d*t 
'RlaAt'Apa'' 

ISIS-IISJJ 


LOUIS 
ISUt ? 
r|l*4»i4 SSA 
RPtnpa wittf 
viMifPa A C*M44a 
a»4« franot Ll 
■ OURCOINS tan 
paranr 


tPJ 


Cni JCAH 3Z 
“la *t*tft» 

Ch**ail*4 4 * T*mpl* 44 N*444t 
«4 1S70i K39 
•14 1S4At1t3S 


ISABCL 
n^i ISSO 


N0rc:t*4.,«, l, HAIARlNan 

laM lift, lait JulMcr. tlmpanc.ej Owtn* N* ueveRt 
la Itmip. avANTARO *444 ai*»,. 



Son fihw Fia«(M lcr. 
nanc A Claitdine, une 
fille Oc HiUaifc. Sgr 
tie ChamiaBnc 



' A* fwuirt a lit II 

CPOiiiaitl c'arstiU' 


ÿ^lanOr Ml- 44 IPO a lACC-si.a 







> «*• «MM«i« *W «Km*!» M**lM «M MMat ■ •»« « I* •!*«••• H * «M 

A$% m- ■ 





*■" 

I * i H »Mg 

tMH 


-p 




éiêm ••« 


:i::! 


■ttN 


I 

MM*- I -*tkmm 

é» !*««■«■ 

•V l%« 1 


•M M* —I 

.H-. ( 

ilM>« I IC 



MIM •—. -•»►• 


Ciâa«l*>— 

i “*.•»: 

«■••«MM *-r*C»Mi 1« 

• IM» {mw^hwrntrnHm 


U- 


H' 

^ -1 

••M*!»—|—tJtMi— I I I—* 

♦ tue I Ml •««■»«• I 

* - - - -*»•* __ 

•CHWi«ff« «VMC •—•«*•■« 


dm*—r «CHWiCffC 

MMCC « I I II 


\m . .«TCMflU 

I (MmIMIMS 


• lWC«MMMri M « M«c 


wêitm I 

«««M ■*!■•««« 


|■£«tlî _ .. . 

» tfmtmt • llWifW 


H MMWâ 


•m I* HMM «MMCai «. 

mwmMv.mA •• mmm»m*I*»** 

fCUM»««f •«• 

M ■«mM mm «Mi 


M mmit*MM an M mM M*« M ^ <•*«*** ^ ** ^ *^ 

• M«»CM'*’M MiiapMi MMM «PMrM * «UhM « CmMM» pMCMPitf» «mHM 
iMM «M« M« ««MMt M« M !»#<»••■■ CM MCI «MUM M •**. 

^4 aMMal M ■■■M mC M WÉ MWMM 

I Mm4 *■ MPlMHIgM* •* ••••■(■1 tJ MlM* — aai MWt «M Mm m m» 
■ ■Il MMCMC «mIm «•IMMr kMMMCMMMM •*■ « ■■» ■—■ «Mf M •« »M «••*•• W. M 



•MM CM M CipMMwC M •• ' 

M< •*•■#»•*> M mM 
«Ml •«• M <#»■#•*•> M 


•Mtcca mtdêkmmMm tÊtn^^^tm^mââtiiLtttêèntiÊm 

•MiMMim m 


<MtM»«p«MMiM* _ 1 

V 


’uMgmr* 

•^ ^ïWW 
m «mivmi 
7«X« M*IWi«i«- 


IMpMMMCM 

_,-i *— 

!<% 


4Wa. 

MU Mcai 


tt< 
■Mlllll 


h 



m, A m 

•CMaw 

IM 



Hircntl 


«M# CM» 


«CI «MM 

mmk%ë «ci«c 


■jCiêMMCMC . «ut» «Ml 

M «• «M»#«PMi •• NM MmMMMM 
«MMM «üliMiPMiM 


I M N M C iCMsai 
IMJIMM MM«NC» IMMRI» 


^Tsr»rra~* 

M ■ 

ir 

-r; 

MU «IM* 

«• Mmn* 

I 

ir.rc;-. • ■ 

«Ml • RI» f 


i 


i n aw n MMM*^ IMIMIM 
•• MHUiM» C«M«N» 
MM •net 


MtiMkfT 
IM#«NN 
■ •«•■•N 


*M Ma** 

•m » 


» CCI 

MMl «MI 




l«l«l fM«t~ 
im« •>•< 


«vmil 


CMw-aMk •••At?*'" 

M è MM 


«•mm- 


cudcac 

•M^éiMR* ma ■mm C Mm 

«MMtNMiM âMM IMn a 
(MMlmMMM Tt«rT>- raaici 
•fircUMM l>M*ua»»M>U 


•uU 

IM?* ■ 



I»* 




«•I 


-avit 

«MaMMOaaMtJM 
M m CMMiai NMM* T * mtU« 

"TaiaMt «cifi 


MMC*M mmAm mmCmm m l*Qa* 
MMIMM M**lfM «IIMM •!*•»•• 

• # fayuri »«<riM»M M«RM*> 

Ce MM* M MMCM • UM »» 

_ bC«MâMM.«»Ma.MaMÉf«y Ma 

jrCaa ' «Ai «mUi ivAc^ 

MMCIM* ^WUM 

_ «MlCim «*”♦??• »H««»4 

t2îi~ MaétMa 

•MUIV ÏTm 


taVM CmtUI* 


•MNafii 

uutyn 


SW«, 

^Mi«M«NCMUMto 

iMtar 

r 


Ml M «MM* • tatCiMW 

im« icT' 


MMCUCaiCHaM 
MMM—«••«■••■iM 
•MmaMM MCrcciW 


• M «M»# m u^^tmmé»0 ^ *t0»*m0mm4 


mt «cMa 

MMMdiMM.uaiaaii > Mf 


i 

•> IHM •■ Mi« 


mmimtt MafoT êêMx*S 

«ItUM ».»0«rll»« OJ»MM» 

_î*_^ «ii«4 ■«o t.ci.»»»»* m.V’ü^ 7»^.*”_r5.*r.y*. 

»* .**•*.. îÇîîl mffiS- 


•*•■■& aiii 

• MtiCMMMCMi' 

tiiMKia M» M MM Mil «IM MC 

MC»*IIM M*m<«l l>iMMaMt.«NirM 

--- ——MMPM* 


MMCMm 
IM «Mt% 
•aaMUClM 
•aim 




10 tM» 


CUILUAUMC 
Lcbèrbier 
Vtcomltd« Gisors 


JCAN 

, L«b«rbifr 
licoml* Or Cj%(M>s 


•SABELl£ * - 

de RueH de Séml-CUir 

U58tt432 

Comte de S«in1 QAir et Sire deMereuil 

MARIE— —T— —►JEAN « - v - ;; - » 

Leberbier H- mer. d, sr.CUir 2*\ merfege j 

+ 1466 Cle deSteUfrâ \ 

sire de Me rcuil \ 

1404t1493 \ 


merfege 


■ CATHERINE 
de reverollet 


SEOrrROY PIERRE GUILLAUME JCAN 

vepeleiftde cur^de jumeeux né» 1459 

Ut.chepeile Lellein/iHc Comte de St. de Cuir et 
(jP.Royeldr sûre de Mereull, de le 

Pdris gerde c'cottèise, tt-p. 

en 1532 & en 1545 


JACQUES 
deSt.Cleir 
1468tl551 
Cic de St. Cleir& sire 
de Mereuiletsg de Fe> 
verollej-s.p, mort e‘ 
Cisor» r\iiné< 

JACQUES 
de St Cleir 
1517-e 1546 
de le gerde da 
Roi. 

» P 


ROBERT 
de St Cuir 
1472 + 1539 
vetjf 1530 


MARIE— 
St-Cleir 
1530+1569 

JEAN XV 
Ptenterd 
1548 + 1639 
11 entenis 


—JEAN XIV 
Ptenterd 
I514tl579 

isABEL 
PUnlerd 
1550+1589 
5 enfents 




PIERRE 
de St. Cleir 
sire de Seint-Cleir 
1370 + 1415 


CHARLES 
sire deSt Ùeir 
+ s p. 1423 


marie — 

de St. Cleir 
1394 +1427 


-* HENRI 
de Tours 
v're de St Cleir 
en 1423 


JEANNE 
de SL Cleir 


CATHERINE 
de St. Cleir 


MARIE 
de Tours 


GUILLAUME 
de Tours 
,1424 +1496 
si're de St Cleir 

i 

GUILLAUME 
de Tours 
sirr de St Cleir 
1461 +1524 


JEAN 
de Tours 
.142741502 
siVe de Sf Mer|io et 
de Guitry 
9 enfents 


Irotsiëme exemple ire - plenche ni 2-S+ E 


Herrri Lobineeu—Genève Cs-'»s%e) 
-1956- 


LES DESCENDANTS MEROVINGIENS 

OU 

L'ENIGME DU RAZES WISIGOTH 


Par Madeleine Blancasall 


pr4>>«n(isferoe:*.ur^eoxa* !«■ pr4e4d«nt«a nt aont. p«a tn 
vanta 4ana la ooaaarea, oata aont r4aarv<a axoluaLvanant aux 
da ;■ ASSOCIdTIJ:? SVISSS *^j*I^*T ««l^renta irsu- 
vaixint auajl catta brcoÂura ddltâa an lanxua francalta, l‘.a» 
iiar.'.a, a.vtlalaa (traduction Inttfrala da la publication al- 
I«Bur.dc) 1 notre Slt/t* Sar.àTa. 

tcua lac r*lta dnor.cJa dana laa pa^aa qt^l aulvant aont tita> 
l'cont vdrldiquea et parTaltecent controlab^aa. r.oa cas''rtt> 
a'tp.'trenta pouvant aa rtndra aur laa llaux aasaa, o'cat>‘k*tl* 
ra 1 fSS::::Z-l,Z-CSXéZiiI (Auie-?rar.ea), Icra da laura vacar.îta 
dana laa ?}-r4n4aa françalaaa. 


Le 17 Janvier 1781 noble Marie de Negri d'Ables, marquise 
d hautpoul-Blanchefort/ sur son lit de mort, confie son "secret' en remettant un 
parchemin à son confesseur l'abbé Antoine Bigou, curé de Rennes-Le-Château depuis 
1774. 

Sur les indications de sa pénitente, l'abbé visite les ruines de l'ancienne 
église Saint-Pierre, située côté sud du village- Près d'un mur méridional de la sacristie, 
une dalle en pivotant révèle un "passage" et dans ce passage une petite cache, deux 
rouleaux de bois fermés à la cire s'y trouvent. L'abbé s'empresse de remonter cet 
escalier secret qui est jonché d'ossements. A l'intérieur des rouleaux, il découvre 
quatre parchemins où sont tracées des litanies à Notre-Dame et deux passages des 
Evangiles, l'un de saint Luc (chapitre VI) et l'autre de saint Jean (chapitre XII). 
Certaines anomalies des lettres désignent "un message codé". Après traduction è 
l'aide du piarchemin légué par la défunte marquise, l'abbé Bigou décide qu'il n'y aura 
plus de transmission de la main à la main, ni de bouche à oreille. En regard de la 
situation politique de plus en plus incertaine, il décide d'un message public qu'il 
gravera dans la pierre et dont le complément de déchiffrage sera caché comme par le 
passé. Il entreprend donc de rédiger l'inscription "funéraire" de la marquise. 

Voici l'an 1 7 90. Huit années de travail aboutissent à treize lignes d'un 
texte à double sens. Le texte caché est l'anagramme du texte apparent qui contient en 
lui-méme la manière de le déchiffrer. Une dalle funéraire est gravée et dressée au 
cimetière. C'est le message. 




Vu son état 6e ruine, l'ancienne éslise Saint-Pierre menace d'être 
entièrement détruite. Aussi, l'abbé Bigou déddc de placer les parchemins dans 
l'église Sainte-Madeleine. A cet elfet, il évide le pilier droit de l'autel wisigoth qui 
sera le réceptacle des rouleaux de bois. Il retourne, face contre le sol, la pierre 
tombale qui se trouvait devant l'autd. Ainsi le secret confié par la dernière marquise 
d'Hautpoul-Blanchefort se trouve-t-il réparti entre une inscription funéraire et des 
parchemins cachés. 

Ce secret de Rennes-Le-Château n'était pas complètement ignoré de 
certains personnages de la Révolution comme Sieyès ou Ruhl, et surtout d'un 
mystérieux abbé Pichon, dont on ne sait pas grand chose, sinon : 

- qu'il était généalogiste dévoué à Sieyès et Bonaparte ; 

- qu'il était ami des comtes de Reury. 

En tout cas, l'abbé Bigou fut interrogé / puis, sur l'ordre de J.P. 
Lacroix, en application de la loi du 26 août 1792, considéré comme prêtre 
réfractaire. Il quitte alors Rennes-Le-Château au début de septembre 1792, et se 
rend en exil à Sabadell, près de Barcelone (Espagne), où il meurt le 26 mars 1794. 

+ 

^ + 

Après la Révolution, la famille de Reury, propriétaire d'une partie du 
village des Bains (devenu Rennes-Les-Bains), tente d'établir une station de cure 
thermale. Les sources remarquables utilisées déjà à la plus haute antiquité pour les 
rhumatismes de toutes natures, pouvaient redevenir exploitables par des 
aménagements considérables. Des sommes importantes et incompatibles avec les 
revenus de la famille de Reury servirent pour les constructions dans ce village 
accueillant. Soudain, sans raison valable (on invoquera officiellement le phylloxéra), 
c'est la ruine ! Un bruit - qui de nos jours demeure encore incontrôlable - court dans 
la résion : "/a famille de Fleury connaissait le secret des Blancheforf.... 

-k- 

^ -f 

Un saint homme devenait, en 1872, curé de Rennes-les Bains. Toutes 
les mémoires gardent encore son nom : l'abbé Henri Boudet, d'origine et de 
conditions modestes. Ce prêtre fut fort aimé dans sa paroisse. Toutefois, il attira 



Vu son état 6e ruine, l'ancienne éslise Saint-Pierre menace d'être 
entièrement détruite. Aussi, l'abbé Bigou déddc de placer les parchemins dans 
l'église Sainte-Madeleine. A cet elfet, il évide le pilier droit de l'autel wisigoth qui 
sera le réceptacle des rouleaux de bois. Il retourne, face contre le sol, la pierre 
tombale qui se trouvait devant l'autd. Ainsi le secret confié par la dernière marquise 
d'Hautpoul-Blanchefort se trouve-t-il réparti entre une inscription funéraire et des 
parchemins cachés. 

Ce secret de Rennes-Le-Château n'était pas complètement ignoré de 
certains personnages de la Révolution comme Sieyès ou Ruhl, et surtout d'un 
mystérieux abbé Pichon, dont on ne sait pas grand chose, sinon : 

- qu'il était généalogiste dévoué à Sieyès et Bonaparte ; 

- qu'il était ami des comtes de Reury. 

En tout cas, l'abbé Bigou fut interrogé / puis, sur l'ordre de J.P. 
Lacroix, en application de la loi du 26 août 1792, considéré comme prêtre 
réfractaire. Il quitte alors Rennes-Le-Château au début de septembre 1792, et se 
rend en exil à Sabadell, près de Barcelone (Espagne), où il meurt le 26 mars 1794. 

+ 

^ + 

Après la Révolution, la famille de Reury, propriétaire d'une partie du 
village des Bains (devenu Rennes-Les-Bains), tente d'établir une station de cure 
thermale. Les sources remarquables utilisées déjà à la plus haute antiquité pour les 
rhumatismes de toutes natures, pouvaient redevenir exploitables par des 
aménagements considérables. Des sommes importantes et incompatibles avec les 
revenus de la famille de Reury servirent pour les constructions dans ce village 
accueillant. Soudain, sans raison valable (on invoquera officiellement le phylloxéra), 
c'est la ruine ! Un bruit - qui de nos jours demeure encore incontrôlable - court dans 
la résion : "/a famille de Fleury connaissait le secret des Blancheforf.... 

-k- 

^ -f 

Un saint homme devenait, en 1872, curé de Rennes-les Bains. Toutes 
les mémoires gardent encore son nom : l'abbé Henri Boudet, d'origine et de 
conditions modestes. Ce prêtre fut fort aimé dans sa paroisse. Toutefois, il attira 



l'attention de l'évêché de Carcassonne sur sa personne par les innombrables dons qu'il 
Faisait aux pauvres qui venaient a sa porte. Un premier ouvrase de l'abbé Boudet 
intitulé : Lâ vraie langue celtique, devait intriguer Mgr Billard, évêque de 
Carcassonne, et aussi un docteur de Rennes-les-3ains, Paul Courrent. Mais un 
nouveau livre publié en 1914 par ce même curé : Lazare, veni foras I devait signer 
son expulsion. Son dernier ouvrage Fut retiré du public et une sombre afFaire de 
presbytère le Fit changer de paroisse. Ne pouvant plus Faire le bien autour de lui, 
l'abbé Beudet mourut de chagrin un an après son départ, cela malgré les soins 
attentiFs et les visites du docteur Courrent. 

4 - 


L'abbé Saunière est né à Montazels, à cinq Icilomètres de Rennes-le- 
Château, d'une Famille pauvre. Devant sa maison natale, se trouve encore la Fontaine 
aux dauphins, sculptée par un ecclésiastique du XVIIIe siècle. 

Le 1er juin 1886, il arrive à Rennes-le-Château où il a été nommé. 
Logeant au presbytère, il prend ses repas dans le bas du village chez la Famille 
Dénamaud. Bientôt les Dénarnaud viendront s'installer dans le presbytère. Marie, leur 
Fille, âgée de 1 8 ans, ouvrière chapelière à Espéraza, devient la servante du curé. 
Elle ne le quittera plus. Pourtant, l'existence au presbytère est misérable. Le livre de 
comptes soigneusement tenu est une litanie de dettes où le "pain = 0,40 F sonne 
comme un bourdon. La colonne des avoirs est déserte... 

En 1891, l'abbé Saunière reçoit deux étranges visiteurs se déclarant 
délégués d'une mystérieuse société : Le Prieuré de Sion. Ils lui révèlent l'existence 
dans sa paroisse d'un "secret" et l’extraordinaire légende d'un "trésor", lui signalant au 
passage la cuneuse inscription subsistant dans le cimetière. En bon prêtre, le pauvre 
curé ne manque pas de prévenir son évêque, Mgr Billard, qui ne tarde pas à 
l'honorer le même mois de sa visite. Sa Grandeur glisse négligemment dans la 
conversation un mot sur la vie exemplaire et l'extrême générosité de l'abbé Boudet, 
puis dit quelques mots sur une tradition de "parchemin dans l'église Sainte- 
Màddeine. EnFin, en partant, Mgr prête à l'abbé Saunière le livre du curé de 
Rennes-les-Bains, La Vraie langue celtique. 

L'abbé Saunière prend connaissance du livre laissé par Mgr Billard, et 
ne sait trop que penser. Ebranlé par un ensemble de Faits, "il cherche, cependant"... 
Après un mois de Fouilles inFructueuses, le curé conclut qu'une cachette existe : elle 



doit se trouver dans le srcs-oeuvre de cette église Sainte-Madeleine. Considérant 
que des Fouilles de cet ordre seront impossibles à poursuivre d'une manière discrète, 
et quelles pourraient entraîner de gros frais, il annonce à la municipalité qu'un trésor 
de la Révolution doit se trouver caché dans l'église. 

Certains membres de la municipalité se souvinrent alors avoir entendu 
parler par leurs parents "du cas bizarre de l'abbé Bigou". Aussi, une somme de 1 400 
francs (mentant considérable pour un village de 100 ou 1 10 habitants) est affectée 
à cette recherche sous prétexte officiel de "réfection" de l'église. M. Babou, maçon à 
Couiza, reçoit la double mission de diriger les travaux et de "surveiller toutes 
découvertes". Au début de février 1891, le maçon en présence de l'abbé Saunière, 
qui ne quittait presque jamais les travaux, découvrent ensemble les parchemins dans le 
pilier creux de l'autel. La municipalité, qui espérait autre chose, apprécie diversement 
ce "trésor de la Révolution", L'abbé doit faire valoir l'extrême soin que l'on a mis à 
dissimuler les documents, donc indice d'une certaine valeur. Impossible de les 
négocier dans la région, mais, il se propose d'en tirer un bon prix à Paris. Le maire, 
soucieux de récupérer la somme de 1 400 francs, se laisse convaincre. Toutefois, il 
pose deux conditions à l'abbé : 

- que l'on retire de cette vente au minimum la somme avancée pour 

l’église / 

- que l'on prenne un calque des documents. 

L'abbé Saunière se rend donc à Carcassonne auprès de Mgr Billard, 
qui, devant les documents, conseille à son curé de faire cet accord avec le maire. De 
même, l'évêque avance l'argent du voyage à l'abbé Saunière pour lui permettre de se 
rendre a Paris afin d'y rencontrer un certain abbé Hoffet, très jeune prêtre et 
remarquable cryptographe des manusaits religieux. Avant la guerre de 1939, le 
généalogiste Henri Lobineau s'était rendu auprès de l’abbé Hoffet, prêtre libre de 
l'église de la Trinité, à son domicile de Paris, 7 rue Blanche : 

"... l'âbbé Hoffet ne semble pes s'être personnellement occupé de U 
recherche de trésors cachés, écrivait Lobineau, aussi est-on surpris que son nom soit 
mêlé aux entreprises de Rennes et de Gisors. C'est lui qui a permis à l'abbé Saunière 
de trouver le secret de Rennes. C'est encore lui, cinquante ans plus tard, en visitant 
Gisors, qui donne au gardien Roger Lhomoy des indications à propos des fameux 
30 coffres déposés dans une chapelle Sainte-Catherine. L'abbé Hoffet était alors fort 
alerte malgré ses 80 ans passés, et toute sa vie i! avait tenté d'établir une légitime 
descendance de Dagobert H, le saint, c'est-à-dire une lignée mérovingienne jusqu'à 
nos jours. On peut alors comprendre la raison de ces faits, si l'on sait que Rennes et 



Cisors 5 articulent sur un nom : Bhnchefort, jàdit Blancafort ou Blanquefort. 
L affaire de Rennes est donc ouverte par la dernière marquise de Blanchefort et fa 
présence des Templiers. " 

Donc en apportant à l'abbé HoJfet les parcnemins de Rennes-le- 
Château, l'abbé Saunière avait déclenché "l'énisme du Razès'y la terreur des rois de 
France depuis Blanche de Castille, et tout cela reposait sur quatre parchemins des 
Litanies à Notre Dame et des Evansiles codés de Luc, puis de Jean. Le texte lut 
décodé par l'abbé Hoffet qui prétendit en retour recevoir comme paiement les deux 
parchemins des Litanies". Que pouvait dire l'abbé Saunière qui venait "vendre à Paris 
les parchemins" ? En fin de compte, ces deux documents restèrent entre les mains de 
l'abbé Hoffet et y demeurèrent jusqu'à sa mort. La bibliothèque du défunt fut ensuite 
dispersée. Certaines personnes pensent que les documents se trouvent de nos jours 
en possession des pères maristes ; d'autres, qu'ils furent remis aux descendants 
mérovingiens... Quoi qu'il en soit, le calque existe toujours près de Rennes-le- 
Château. 


Sur les conseils de l'abbé Hoffet, le curé de Rennes se rendit au Musée 
du Louvre pour y contempler les oeuvres de Poussin et de Téniers car le texte en clair 
après décodage délivrait ce message : BERGERE PAS DE TENTATION, QUE 
POUSSIN ET TENIERS GARDENT LA CLEF - PAX DCLXXXI - PAR LA 
CROIX ET CE CHEVAL DE DIEU - J'ACHEVE CE DAEMON DE 
GARDIEN A MIDI - POMMES BLEUES. 


Après avoir aussi consulté des spécialistes sur la vie des deux peintres, 
assuré de détenir le secret, et surtout le trésor de Rennes, il décide de revenir dans sa 
paroisse. En passant p>ar Carcassonne, à la fin du mois de février 1891, l'abbé 
Saunière s'arrête chez son évêque pour lui rendre compte de son voyage et aussi lui 
emprunter, à valoir sur le trésor, une somme de 2000 francs que la municipalité 
recevra comme étant le produit de la vente des parchemins. 

Assisté par Marie Dénarnaud, sa première préoccupation sera de 
marteler la pierre tombale de la marquise de Blanchefort. Puis, il parcourt seul la 
campagne du côté des "Patiaces" et du "Pla de la Coste". En quelques jours, il a 
retrouvé les signes de piste ; la fameuse pierre levée dite "cheval de Dieu" et la croix 
sur la pierre de crête à 681 toises de la "bergère" de l'église de Rcnnes-les-Bains. Il 
se rend alors chez l'abbé Boudet pour lui demander conseil sur ce "daemon de 
gardien car, en rhars 1891, la vie de l'abbé Saunière change totalement. 

Deux années durant, le curé de Rennes voyage en Espagne, en Suisse, 
en Allemagne et en Belgique. Mais on ignore dans quelles villes il se rendait, ainsi 



que l'identité de ses contacts. En effet, toutes les lettres qu'il expédiait à Rennes 
étaient toujours postées à la frontière française. C'est à Marie qu’il adresse ses 
mandats / c'est elle qui louche l'argent à la poste de Couiza. Par la suite, de qui 
reçoit-il ses directives pour transformer l'église Sainte-Madeleine ? Nul n'a jamais pu 
le dire. L'ombre du mystérieux Prieuré de Sion plane sur Rennes et fidèlement l'abbé 
obéit. Il prend à sa charge la réfection de l'église dont il modifie profondément 
l'architecture (déplacement et exhaussement des fenêtres, adjonction d'une arrière 
sacristie où l'on accède par une porte dérobée, percement d'un escalier en colimaçon 
dans l'épaisseur de la muraille pour monter à la chaire, etc.) enfin, la décoration 
intérieure est entièrement renouvelée. Tous les éléments qui jalonnaient la piste faite 
par l'abbé Bigou sont détruits. 

Ce travaux sont terminés en 1897 pour la deuxième visite de Mgr 
Billard. Sa grandeur reçoit une somme d'argent (non comptabilisée) dont une faible 
partie vient en remboursement du montant avancé en 1891. A la suite de cette 
visite, l'abbé Saunière érige le Calvaire de l’esplanade (coût : 1 1 000 francs-or) et 
met en chantier la véranda, le chemin de ronde, la villa Béthanie et la tour Magdala 
(coût : 1 000 000 francs-or). L'énormité des dépenses est imputable aux exigences 
du curé qui fait recommencer les travaux jusqu'à ce que bâtiments et motifs, situés 
dans l'orientation désirée, traduisent le symbole juste, celui imposé par des maîtres 
secrets. 

Juchée au bout du che.mîn de ronde, la tour Magdala domine un 
immense paysage. L'abbé y a établi sa bibliothèque, au-dessus de laquelle est un 
étage bas où il a installé sa chambre. L'abbé ne reçoit pas en cette chambre, mais il y 
invite. Par sa bibliothèque et sa chambre, Magdala est deux fois tour d'ivoire. Dans 
le chahut du monde que l'ignorant retourne à sa science et le pécheur à son filet 

Par contre, les portes de la villa Béthanie ouvertes en permanence. 
Cest la cour royale. Au-dessus du bâtiment, un Christ ouvre largement ses bras. 
Accueillante a tous ceux qui passent, avec ses lits frais et sa table toujours garnie, la 
villa est devenue très vite une maison de liesses. Les personnalités de tous genres s'y 
succèdent : Emma Calvet, la grande cantatrice, la jolie vicomtesse B. d'Artois, ainsi 
que dautres dames dont les familles fortunées existent toujours dans la région. 

La vie fastueuse de l'abbé Saunière a commencé en 1902. Entretien 
d'animaux rares, singes, perroquets, etc, canards nourris aux biscuits à la cuillère. 
Consommation d alcools divers, parmi lesquels : un tonnelet mensuel de rhum de 70 
litres. A la fin de 1 902, versement à Mgr Billard d'une somme (comptabilisée) d'un 



million deux cent mille francs-or). Mais, bientôt, tout devait changer car Mgr Billard 
meurt l'année suivante. C'est Mgr de Beauséjour qui est placé à la tête du diocèse de 
Carcassonne. Dans le même temps, à Rennes-les-Bains, un certain docteur Paul 
Courrent s'intéresse à la vie étrange de l’abbé Boudet. Première passe d'armes entre le 
curé de Rennes-le-Château et son évêque. Prié d'aller suivre une retraite sacerdotale, 
l'abbé Saunière obtempère. Il est aussi soumis à des interrogatoires serrés qui ne 
donnent sans doute pas de résultat puisqu en janvier 1 908, Mgr de Beauséjour 
prétendra placer son subordonné à la paroisse de Coustouge (doyenné de Durban). 
L'abbé Saunière refuse avec un certain cynisme : "A^es intérêts me retiennent ia*. 

Convocations réitérées de l'évêque de Carcassonne auxquelles le curé 
répond en présentant des certificats de complaisance, leus uns délivrés oar le Dr. 
Courrent, de Rennes-les-Bains ) les autres par le médecin de Couiza, le Dr. Roché. 

Enfin, de guerre lasse, Mgr de Beauséjour demande justification des 
rentrées d'argent. Réponse du curé : "Cer/x par qui je tiens ces sommes ne mont pas 
donné permission de divulsuer leurs noms**. L'interprétation de cette répartie est 
sujette à plusieurs hypothèses. L'argent dont il dispose provient : 

- soit en réparation de fautes passées, de la part des pénitents ,• 

- soit par un accord à l'amiable avec une société secrète. 

Faute de pouvoir examiner les recettes, Mgr de Beauséjour demande 
communication des dépenses. Le curé envoie des comptes "falsifiés" qui ramènent le 
coût des travaux à la somme de 1 93 000 francs-or. 

Convaincu de "trafic de messes à 0,25 F", l'abbé Saunière est déclaré 
suspens a divinis en 1911. Un nouveau curé nommé à sa place doit loger à Couiza. 
Depuis la séparation en France de l'Eglise et de l'Etat, le presbytère est une propriété 
communale. Or, Marie Dénarnaud dispose d’un bail. De plus, l'abbé Saunière a 
aménagé une chapelle dans la véranda de la villa Béthanie où la population demeure 
fidèle à ses offices. Le rôle du nouveau curé étant réduit à la célébration des 
baptêmes, des mariages et des enterrements, il perdit courage et s'en alla. 

L'abbé Saunière interjette l'appel en Cour de Rome par l'entremise du 
chanoine Huguet, avocat ecclésiastique. L'appel est favorable au curé de Rennes, qui 
est rétabli dans ses droits. Cette période qui s'étend depuis 1 906 à 1912, marque 
pour l'abbé Saunière un temps d'austérité relative. Ses dépenses sont restreintes pour 
trois motifs : il a épuisé le trésor de pièces d'or et de petits objets ; il lui faut débiter 
des grosses pièces, les sortir de l'eau et de la vase où elles se trouvent, cela dans un 
lieu éloigné de sa cure et dangereux. Le passage le plus pratique est celui d'une pierre 
à lever. Une descente à la corde est devenue seule possible à la suite d'un 



éboulcment. Le passage étant devenu impraticable sans danger de mort. Pour y 
remédier/ il a dû ouvrir une voie dans une prise d'aération, {,Spes una poenitentium). 
La surveillance dont il se sent l'objet par l'Evêché et le médecin de Renncs-les-Bains 
le fait redoubler de prudence. 

Concernant le passage d'or à l'Etranger, on a trace de négociations 
délicates avec la banque Petitjean du 1 2, rue Faubourg Montmartre, à Paris. La 
municipalité de Rennes-Ie-Château, qui s'est jugée victime dune escroquerie lors de 
l'affaire du "trésor de la Révolution", ne peut rien dire puisque la cache n'est pas sur 
son domaine. En échange, elle prend une revanche à la séparation de l'Eglise et de 
l'Etat. Chaque année, à compter de 1 906, l'abbé Sauniere verse discrètement une 
somme de 5000 francs-or en réparation des dommages causés à la pierre tombale de 
la défunte marquise et au préjudice causé à l'église Sainte-Madeleine pour ses 
transformations. 

En 1906, des fouilleurs clandestins exhument la dalle qui recouvrait la 
tombe de Sigebert IV, que l'abbé Sauniere avait retirée de l'église et dont par 
prudence il avait placé la face sculptée contre terre devant le Calvaire (/«» dalle aux 
deux chevaux). 

En 1915, l'abbé Boudet décédait après son transfert de Rennes-les- 
Bains voulu par l'Evêché de Carcassonne, qui dans son différend avec l’abbé Saunière 
ne se tenait pas pour battu. Mgr de Beauséjour relança encore l'affaire en cour de 
Rome. C'est seulement en 1916 que la juridiction pontificale, établissant subitement 
le rapport entre cette misérable affaire de "trafic de messes" et l'histoire du "secret" de 
l'abbé Bigou en 1790, prononça son verdict. L'abbé Saunière était frappé d'une 
suspens a divinis à titre définitif aux motifs suivants : "révolte contre l'autorité 
religieuse" et "insubordination envers ses supérieurs". 

Contre toute attente, cette condamnation marque un retour aux fastes. 
A la fin de 1916, une grande décision est prise par le curé de Rennes : il veut 
prêcher "une nouvelle religion" et "entreprendre une croisade dans le département". Il 
congédit le représentant de l’Ordre de Sion venu lui rendre visite. Il prétend qu'il n'a 
pas d'autres ordres à recevoir que ceux de Jean XXlll, le dernier descendant 
mérovingien. Il commence à réunir 8 000 000 de francs-or en billets de banque. La 
panique règne à l'Evêché de Carcassonne pendant que les prélats du Vatican 
s'émeuvent de cette situation. Le Prieuré de Sion accueille froidement l'affaire et les 
milieux politiques jugent en plein guerre cette manoeuvre indésirable. 

L'abbé Saunière ne tient aucun compte des avertissements, et le 5 du 
mois de janvier, il signe des devis pour : 



- le percement d'une route à travers la montagne en direction de Couiza 
pour y Faire rouler l’automobile qu'il compte acheter ; 

> l'adduction d'eau pour tous les habitants de la commune, en même 
temps que sera alimentée une piscine pour les "baptêmes de sa religion" ; 

• la construction d'une chapelle de son innovation dans le village, et 
celle d'une tour de plus de 50 mètres de haut depuis laquelle il pariera à ses fidèles. 

Douze jours plus tard, le 1 7 janvier, fête de Saint-Antoine l'Ermite, 
l'abbé Saunière, souffrant d'une cirrhose du foie, est frappé d'une congestion, il est 
soigné par le docteur Paul Courrent qui couche même à la villa Béthânîe. Le prêtre 
fait demander auprès de lui Jean XXili le Mérovingien. Mais celui-ci ne se déplace 
pas. Entouré de la vénération ou la curiosité de ses paroissiens, il meurt le 22 janvier 
1917. Son corps est exposé su: le chemin de ronde comme il l'avait demandé. En 
venant se recueillir devant la dépouille, chacun alors - on ne sait trop pourquoi - 
emporta un pompon rouge de la couverture qui protégeait le défunt. 

Hauts prélats, grands initiés et hommes politiques poussent le même 
soupir de soulagement / "c'était le moindre mal ", dira l'un des assistants à cet 
enterrement. Et Béthanie\zmd ses portes. 

Depuis lors, par commandos, les dragons viennent renifler la piste du 
"curé révolté". Les uns portent la soutane, d'autres l'écusson d une rose et d une Croix 
sur leur chevalière. Quelques-uns enfin, des diplômes divers. Ils pillent la 
bibliothèque, subtilisent une bonne partie de la correspondance, arrachent des pages 
aux livres de comptes ; font main basse sur les timbres et brisent la plaque-écusson du 
presbytère qui avaient un message au dos. Bien que sa teneur soit connue, son 
interprétation est toujours un défi à la sagacité. Et quoi encore ? Sa pierre tombale 
au cimetière est brisée en trois. 

Le nom de Bérenger Saunière est maudit et expulsé des mémoires. 
Marie laisse faire. De coquette, elle est devenue austère. On ne la verra plus quitter 
Rennes-le-Château, pas même pour aller à Couiza... Pourtant, les 8 000 000 de 
francs en billets de banque que lui a laissé l'abbé Saunière auraient pu lui permettre 
de vivre dans l'opulence jusqu'à la fin de ses jours, alors ? Elle se contenta de 
subsister en attentant la visite de ce fameux Jean XXIII, qui n'est jamais venu ! 

Vingt-huit années d'attente avec des millions dans un sac de voyage... 
pour aboutir à la catastrophe de 1945. Car le drame est là : afin de débusquer les 
fortunes suspectes qui s'étaient édifiées pendant l'Occupation, le gouvernement 
Bidault avait décrété l'échange de billets de banque. Marie se refuse à ne rien 
changer / alors elle brûle dans son jardin près de 8 000 000 de francs de billets. 



Désormais, die est pauvre et sa seule fortune lient dans la tour Mdgddld et la villa 
Béthanie quelle négocie en viager auprès de M. Noël Corbu. Entre 1946 et 
1952, la totalité des sommes versées s'élève à 950 000 anciens francs. Le 12 
janvier 1952, Marie Dénarnaud est prise d'une attaque de paralysie qui lui enlève la 
parole. Se penchant sur elle, M. Noël Corbu voit les lèvres de Marie bouger. A-t- 
elle fait un effort pour révéler le secret du Razès et celui du trésor ? D'ailleurs le 
connaissait-elle ? Un prêtre de Carcassonne a révélé qu'il tenait de Marie ces trois 
mots : Pdin^ Sel, Vase. Il semble que tout se résumait ainsi et dans l'attente d'un 

Il ... Il ' 

visiteur . 

Légataire universel, M. Noël Corbu a transformé la villa Béthanie en 
hôtel-restaurant. Les visiteurs trouvent chez lui le meilleur accueil. Il observe d'un oeil 
attentif les nombreux chercheurs qui viennent à Rennes-le-Château chaque année pour 
creuser, piocher, fouiller, sans logique, ni méthode, sa propriété I 

Le trésor du Razès ne fait donc aucun doute. On sait même son 
importance ,• constitué en deux parts, l'une de 1 9 500 000 francs-or, et l’autre de 
25 000 000 de gros objets et d or brut, ^v1algré les nombreux pénitents qui 
goûtèrent à la manne, on croit de source bien autorisée qu il reste encore quelques 
millions-or ! 


•f 

+ + 

Chacun se pose la même question : d'où provient ce mystérieux dépôt 
d'or ? Les ignorants répondent : la Reine Blanche de Castille. Les rares initiés savent 
bien que cette Blanche de Castille n'avait aucun droit sur le trésor du Razès, pas plus 
que le Saint Roi Louis, et que ni l'un ni l'autre ne pourrait parvenir à s'emparer de 
cette manne. Pourtant, il y a une part de vérité dans cette version car cette reine 
tenta bien une action pour s'emparer du légendaire 

Pour I origine du trésor, une tête répondait à cette question. Elle avait 
jadis été sculptée sur un menhir de Rennes-Les Bains, au lieu dit PId de la Coste ou 
Cap des Bruyères. De nos jours, cette figure est désormais visible sur le mur du 
presbytère de la paroisse. Elle représente le Saint Roi Dagobert II d'Auslrasie. 


‘ M Noël Cortxj a conser\'é l’ancien domaine de l'abbc Sauniêre jusqu'en 1964. En novembre de cene année- 
là, il le céda à M Henri Buthion. qui le conserva à son tour près de vingt-huit ans, jusqu'à la fin de Tannée 
1993. C'est le 30 décembre de cette date échéance, qu1l signa un acte de cession en faveur d'une S.C.I. 
représentée par M Van der Sluis < Note Je l’êJileiir) 



Ce trésor serait, d'une part, celui de ce roi ,* d'autre part, celui de cette 
capitale du Razès : Rhedae ou Rennes à l'époque des Wisigoths. Donc 25 000 
000 de Francs-or constituent le trésor du roi Dagobert II, et 1 9 500 000 Francs-or 
celui du trésor de Rennes. Le secret du Razès est lié à celui d'un trésor dont les 
BlancheFort étaient les gardiens. L'histoire est donnée par le décodage des 
"pâ^chemins de l'église Sainte-Madeleine" avec une généalogie des descendants 
jusqu'au 1 1 juillet 1659. Une généalogie et une histoire complémentaire s'y trouvent 
de la main de l'abbé Bigou. Il y est ajouté des notes de l'abbé Hoffct qui nous 
donnent la descendance de François III, par son Fils, Jean XXI, né le 28 juillet 
17 84, jusqu'à l'aube de la Grande Guerre. 


+ 


L'histoire du secret du Razès a déjà été rédigée par Henri Lobineau, en 
1956. Nous la retraçons ci-après conForme au décodage intégral. On se demande 
encore de nos jours comment Adrien de Valois et l'abbé Pichon purent en avoir 
connaissance, il est vrai que l'on peut aussi se poser la même question au sujet de 
Poussin et de Téniers ? 

Fils de Dagobert 1er et de sa 3ème Femme, Ragnetrude, Sigebert III devenait Roi 
d'Austrasie en 632. En 646, il épousait Immachilde qui lui donnait un an après une Fille du nom de 
Blichilde. Ce n'est que tardivement que de cette union devait naître un fils : Dagobert 11. 

A la mon de Sigebert ill, en 656, Dagobert II Fut tondu et envoyé en exil en Irlande, 
par Grimoald, son maire du palais, qui convoitait le trône pour son propre Fils. Elevé dans un monastère et 
marié en Irlande à Mathilde, petite nièce de Sainte Brigitte, il eut trois filles : irmine, Bridjet et 
Ragnetrude. VeuF, il Fut envoyé par Saint Wilfrid pour épouser dans le Razès v/i$igoth la filleule dont ce 
saint était le tuteur. Son nom était Gisèle. De cette deuxième union devait naître trois enfants : Rathilde, 
Adèle et Sigebert IV. 

Grâce â Saint Wilfrid, Dagobert II retrouve son royaume. Fait roi dAustrasie en 674, il 
prépare une guerre pour Faire la conquête de l'Aquitaiise. Au préalable, il fait transporter une grande 
partie de son trésor dans le Razès. Le Comté est alors l'apanage de sa Femme. Bientôt, en 676, cdle-d 
meurt en mettant au monde Sigebert IV. Sur ces entrefaites, Pépin le Gros qui convoitait la couronne Fait 
assassiner Dagobert II en 679. Le petit Sigebert IV est sauvé par sa soeur Irmine, et ramené en 681 à 
Rhedae par son grand-oncle Levis dit le Bdlison (le guerrier). Sigebert IV est surnommé Plant^Ard 
(Rejeton Ardent) et deviendra è la mort de son grand-père, Béra II, le Sème comte de Razès. Il 
échappera encore de justesse aux tentatives de Charles Martel pour le reprer>dre et le Faire ... ‘toi*. 

Il ne sera jamais roi. Pourtant, c'est â lui que revenait légitimement la couronne 
dAustrasie, ainsi que celle des Francs après la mort, en 755, de Chîldéric III, déposé par Pépin le Bref, 
qui usurpa le trône. L'invasion des Francs dans le Razès, puis des Sarrazins, Firent de Sigebert IV, de 
Sigebert V, son fils, de Béra III, son petit-fils, des princes-ermites vivants dans les cavernes d'une colline 
près de Rhedae. Six étages de galeries et d'immenses salles existent toujours. Henri Lobineau déclara les 
avoir parcouru en 1920 avec le docteur Courrent. En tout, plus de 670 m d'une galerie inondée de 70 
cm â 1,10 m d'eau. Nos trois princes-ermites htent également enterres dans l'église Sainte-Madeleine de 



Rhedæ Un< dalle fut posée en 771 sur leur sépulture commune. Il s'agit de la pierre dite "acur Jeux 
cAevaüjr" commémorant la fuite de Sigebert IV en 681, le rejeton de la nouvelle souche 

Béra III dit Trounko (le Fort), marié à Olba, eut deux fils , Guillemon dit Bnou (Jeune 
taureau), marié deux Fois< Oliba, pui devint abbé d'Alet en 810. 

Guillemin fut le Sème comte de Rasés. Il fit souche ; Béra IV le Bofo (le Gros), marié 
avec Romille, 6ème comte de Rasés, fondateus de l'abbaye d'Alet. Oba, une fille mariée avec Régnier de 
Gennes, enfants ' Olivier et Aude. Oliba, qui par ses deux mariages donne la tige de Carcassonne, 
quatre fils * Arnulf, Louis, Oliba et Acfred. 

Béra IV est le père d'Argila dit Rocko (le Dur), 7éme comte de Rasés, marié à Reverga. 

Il est pere d'une fille : Ratauce, qui reçoit en dot par son mariage avec AJaric, le domaine de Blancafort, 
tige de la maison de Blanchefort. C'est de cette lignée qu'est issus le fameux Bertrand de Blanchefcrt, 
Grand-iVlaître de iCrdre du Temoie, ainsi que la marquise d'Hautpoul dent l'abbé Bigou reçu le "sccTei' 
le 1 7 janvier 1781, a Reruies-le-Château 

Béra V, 8éme comte de Rasés, est fils d'Argila et é son tour père de deux enfants ; 
HiWeric 1er, 9ème comte de Rasés et de Rheciae i Bernard dit le Pilu (le Velu), 11 ème comte de Rasés. 

Les rcis carolingiens avaient tenté i diverses reprises de contrôler le Rasés qui demeurait 
indépendant. Mais Sigebert VI dit Ursus ou lOurs, 10 ème comte de Rasés, se proclame comte de 
Rhedae et duc du Rasés. 

Les rois carolingiens avaient tenté é diverses reprises de contrôler le Rasés qui demeurait 
indépendant. Mais Sigebert VI dit Ursus ou lOurs, lOème comte de Rasés, se proclame comte de 
Rhed* et duc du Rasés. Il obtient de Charles II le Civuve une de ses filles, Rotilde la BeUe, pour en faire 
sa femme. Puis, a la mort de Charles II, il prépare une conjwation avec Bernard de Gothie et Bernard 
d'Auvergne contre Louis II dit le Besue, son beau-frère. Prodamé "roi Ursus", il trouve devant Iw 
l’opposition de l'Eglise catholique car depuis Sigebert IV, tous les descendants sont ariens et ils ne 
pardonnent pas à la Papauté son interdiction *Je prendre un roi en dehors de lé hrsnche cérolingtenne. 
Vaincu à Poitiers, en 881, Sigebert VI trouve refuge en Bretagne indéoendante où il meurt en 884. Il 
est alors enterré dans un monastère à Redon. Tous ses biens du Razès sont, perdus, mais son fils, 
Guillemon II, garde le titre fictif de comfe de Rhedæ et duc de Rézès. 

Cette révolte mérovingienne étouffée sonne aussi le glas du règrse des Carolingiens et elle 
sème le trouble dans la conscence des prélats 

Guillemon II, marié à Idoine avait trois en.^ants • Guillemon III, réfugié en Angleterre en 
914, dit PUnt-Ard, duc de Razès ; Béra dit le Jeune, tige de la branche anglaise des Planta. Enfin, une 
fille, Gemége, mariée en 894 avec Arnaud, comte de Pcher. Du mariage de celle-ci naissait Wathuedei 
qui épousait en 916 Havoire, la fille d'AJain III le Grand, tige qui devait donner Alain IV Barbe torte, 
devenu duc de Bretagne. Puis, Méiustne, qui épousa Raymondin de Poitiers (brarKhe de Lusignan). 

Guillemon III est mort en Angleterre en 936. On ne sait que peut de chose sur son fils 
Arnaud. Son petit-fils, Béra VI est devenu "Architecte* en Angleterre et dix de ses descertdants 
exerceront cet "Art de bâtir*. Le retour en Bretagne ne se fera qu'en 939. Les trois enfants de Béra VI 
sont ; Sigebert VII, le premier qui porte le r>om entier de PUntérd, duc de Razès. Mort après son fils 
Arnaud dit Amoroi l'Amoureux, tige des Plant-Amor de Genève (Suisse), Et, enfin, Bernard, abbé. 

Les enfants de Sigebert VII se présentent ainsi : Hugues 1er, qui épousa une jeune 
grecque, Anne, fille d'un armateur. De ce ntariage, deux jumeaux : Jean 1er et hugues (ce dernier mort 
jeune). Anne, veuve, retourne darts son pays où elle fortde un monastère avec l'aide de son fils Jean. 
Considérée comme une sainte, on la fêtait le 1 3 juin en dehors de l'Eglise. Les trois filles de Sigebert VII : 
Qaudia, mariée i un Hautpoul / Ides, qui fut religieuse en Grèce ^ Agnès, mariée â Hugues II de Lusignan 
dit le Bien Amé. 

Jean 1er épousa Isabel, dont il eut deux fils : Jean II, marié â Auine et mort en 1054 / 
Hugues dit Lons-Nez, marié en 1009 â Agnès dit la Belle, fille d'Eustache, Sgr. de Jumièges. De cette 
union naquit un fils, Eustache, adopté par Ernîcule, deuxième époux d'Agnès. Le premier époux, Hugues, 
ayant été assassiné en 1015. Cet Emicule était comte de Boulogne Eustache 1er hérita du titre et se 
maria avec Mahaut de Louvain, d'où descend Godefroy VI le P/eux devenu roi de Jérusalem. 

Le fils de Jean II, Jean III, eut de son mariage avec Béatrix, le 7ème enfant de Gozelon 
le Grand, duc de haute-Lorraiire, quatre enfants : Hugues II dit Beau Clerc, Béatrix, Isabel et Pierre, Sgr, 
de Planta, lequel eut huit enfants. 

Hugues II n'avait que deux enfants ; Jean IV, marié â Ermende (soeur d'Eudes 
Gouyon), et Béatrix, mariée â Eudes Gouyon. Le fils qui est né de cette union sera la tige des Gouyon- 
Matignon, qui furent au XVIIIème siècle les Princes de Monaco. 



Des trot cn^ants de Jc«n iV, seul Pierre 1er «t nuirié. Ses deux soeurs, Je«nr>c, étem 
morte à un an, et Isabd, devenue rdisieuse en 1109. Du mariage du fils de Pierre 1er, Jean V avec 
Marguerite Leufroy, soeur de Henry Leufroy et fille de Charles Leufroy, farchitecte de Gisors et aussi 
beau-frère de Robert de Belesme. Il n'y eut qu'un fils : Jean VI, leauei épousa en 11 56 Idoine de 
Gisors. Union dont devait naître Pierre II, marié i Marguerite. Louis, marié à Guilete d'Eix ou eTEyx 
(Bresse). Jean, abbé du Prieuré de Sien de 1 220 à 1 239, 

Jean Vil, fils de Pierre II, fil un premier mariage avec Richilde de Rueil en 1228. Il eut 
une fille, Marguerite, qui se maria avec RorKclïn de Fos, chevaiier de Provence. Il fit un second mariage en 
1240 avec Eiisende de Gisors dont il eut tro<s fils : Jean V|||, Robert, mort à Abbeville en 1309, et 
Pierre, moine è Samt-Der^is de 1268 à 1311. 

A l'époque de Jean VII, la reine Blanche de Castille tenta de s'emparer du trésor de 
Rhedae, sur lequel elle prétendait avoir des droits. 

Jean VIII marié à Isabei, en 1270, avait huit enfants ; Richilde, Isabcl, mariée en 1318 

à Jean de Beaumarchais dont le petit-fils, Guillaume, fut marié en 1 390 à iMarguente de Bourges j Alice, 

Agnès, Jean IX, Gisèle, Lotus, né en 1 328. Il fut seigneur de Fénétrange et abbé du monastère de 
Gorze de 1 360 i 1377. Pierre dit TAncen ou Avitui, mort en 1 389 en Languedoc, il est dit aussi 
•I Plantavitus ». 

Du mariage de Jean IX avec Rosa ou Rosemonde de Guildet, on connaît deux fils (une 
fille serait morte jeune) ; Jean X, né en 13 3 8 et mort è l'âge de 11 ans i Louis 1 er, né en 1341 et 
marié en 1 386, lequel n'eut qu'un fils, Jean XI, né en 1 389 et mort en 1 446. 

Jean XI se mana deux fois La première fois en 1411, mais cette union fut stérile ; la 
seconde fois, en 1 428, et qui vit !a naissance de Jean XII. 

Jean XII, né en 1 43C, mort en 1 501, avait laissé de son rruriage contracté en 1458 

trois enfants : Agnès, mariée â François de Montlezun, qm donna une MIe, Marie ; Jean XIII dit le 

botleuM f Isabei, marié â Philippe de Lizarazu, et qui vit la naissance d’un fils, Galiot de Liseras 

Jean XIII, né en 1 460, mort entre 1 546 et 1548, fut marié deux fois : 

• A Perette Le Bourgcîng dont ri eut Anne, mariee â d’Igny, et un fils, Philippe, né en 
1 510 et marié en 1530 i Anne de Bressay i Sophie, mariée â Henri de Bcllancourt (souche : une fille, 
Mane, qui épousa Charles Je Fresneau) ; Gisèle, manée è Robert de Fesche, laqudie vit naître une fille, 
Charlotte qui épousa i son tour Jean de Boulan. 

• A iMarguente de Biche de Cléry dont il eut : Jean XIV en 1514, puis deux j'umeaux, 

Isabd et Hugues dit A</es ou bien encore qui revint en Languedoc en 1533. Enfin, Louis 

réformé en 1556, émigré â Genève avec son cousin François Le Bourgoing. 

Jean XIV avait épousé en 1546 la jeune Marie de Saint-Gair-sur-Epte. 01e fut manée è 
Jean XIV par son tuteur Jacques, comte de Saint-Clair, qui avait dilapidé sa dot. Lorsque Jean XIV vint 
en Nivernais, en 1 560, il est presque ruiné et il ne doit d'assurer son existence que par la bienveillance 
de son parent Le Bourgoing. Jean XIV eut un fils, Jean XV, et une Fille, Isabei. 

Après avoir été des architectes, les Plantard cultivèrent des vignes de Jérusalem â Saint- 
Jean le Blanc pour le Pneuré de Sion. Puis, â partir de 1 560, partiellement minés, ils se réfugièrent en 
Nivernais. Enfin, Mazaiin, dans le courant de juillet 1659, les dépouilla entièrement. 

A cette date s’arrête le texte du premier manuscrit de Rennes-le- 
Château. Le second manuscrit a été fait par l’abbé Bisou vers 1790. Il donne une 
sénéalosie qui débute en 1 548 et s’achève en 1 789. Il énumère la Filiation allant 
de jean XV à Jean XXI (né le 28 juillet 1 784, de François III et Benoîte Martin). 

La sénéalosie suivante est faite par Henri Lobincau, de 1780 à 
1915, c’est-à-dire de Jean XXI à Jean XXlll. Toutefois, il existerait un acte de 
1871 où Pierre IV se désisterait lors de son mariase en faveur de son frère Charles 
1 er, né en 1841. 

Tel est le secret du Razès, une sénéalosie et un trésor firent de l’abbé 
Bérenser Saunière un curé milliardaire. 







Lfi n'b|K>iic lt(iin«-lc4iKJiwu a 4i !!«■■■«•>In-* 

Itin* M Mal «Monl'l* mr tHtmM* r«ul( nmnttW* i 

M dicmini ■filial plMl4*4 k l'f^pWiItlMa J«i|iid* 

tu* miUirtt tiiM IM MM •)«< l'on |ffM Mlirt- 

XOOT tnpfoant daiii nn il* <o« ili»f Mi. himo !• ■wioni 
;o<qii> Il wMiilto ilii* • in faffM • IMM aoMput* Oprèt 
lu«imrlunip*.n«iioM 4*<««i foucriu* • 

lin on f Ira*!* t* . fiidifr inn.li4lil •. Arriin 1*, ra^k*u 



PIERRES TOMBALES 



Rcprodixtiort d'tçtb l<s «relwn ^ U Sooéti sdcniiSquc de 
l’Aude, à CâKiuonc<, do noii • déllo • <«4030 
de Rcnncs Ie-GUtceu. 

1 Cre : edlc de Sigebeit IV, de Si 3 cbett V et de Bérj III, 
potée en 771 J 

2im« cl Sème : 

• l’une levée, r«utre eoudtée, lort «vcc code. 

L« proniite délc te trouveil dent fé^Lte de S«ntc-M4dejeifle. 
décoiivcite en 1091 t 

• Le deuseme dalle lonneit U tombe dei feaimes de 
BUndiefort. d»ii le dmetié»e. pfé» du doebet de Tisfee * 


••Md* •* ««Mtc «• IB toto »••• $ 







*3 


^ f ■ I 

ène StublGîfî 
































. < 

t 


PIERRES GRAVEES DU LAUGUEDOC 


❖ 


Le livre G'Eu^^er.e SrUOLldll, iMltiou <ie Llr.ou:< 1 CG 4 , 
éttnt <!cvcnii fort rare, et étant peut-e'ûi'c Ces 

fojscscciirs 5 . X'ûYûlr sa MbWct!ivitiao^ je 

ma Co\s pour satisfaire les î;c;r.-.bve\\::r ;5 Mf;n:i:\des Acs 

i 

chevcî.eurs ce faire la i*»jproûuctlou ôes planchas «le 
■ en livre, n» :c:i ^ XXiJ.I rir. J.î'J •)?••;.» <\e r.:nr;"S-I,n5 

i 

-ÜAIUS, R.!-:1îJ£S-LS-CHATEAU û ALS?. 


.«'/vil 1961 
/.;*é Joaepî; ;;6urû'Ai.Y 
Vi 11 .•'.r zo l-üu-Risfcs 

Auflo 


i 


ff 





( 0 ) 



Om53 K.- Om30S L. 

tifpt m».-bre W.a. i.>» l'A,v<.K<.nt CUHii^U i'AUI, m.aV.1,'i çi.t- 
Vvft inîcri^urt - Dtpot itvujce dr TeulouJC - L« n*n\ gu.t cd U mî«x« <^ua 
OU i dt k pîiffl* JuWaxvlt XVU) tCHGVS PCMPCIVS du T«m|.lf A-lîU 

-XVI- 


ff 



























1 


J 



O-n.47 H ' 0m335 L. 


P' t» mirirc bVl^c de L'EaUst dt RcnMS \es-3&»ftS <lu.tcî.-ifS à.: 
ÎUvutr.t <ie CûS^e\ \ 63^ ) CcpoC xr.ojtt de Fcrpl^n»-^ 

^4. ÎA-ct ojî|>ôiêt cit uat br^neht 4c « 

-XVII- 

4 ^ 

% 

• 

♦ ••.••• 


t 
















' Om52 H. - Om 39 L. 

i 

• • * 

F 

• • 

* frA^mcats cL^ ma.rbre blû.acj découvert? de ti. Crcix du. 

Keanes • Les-Biinr iC.Aude) dépôt cKei M- CAlthol,à ALet,j 

• ) 

-xviii-' ; 


♦ 






’i 


ff 











166 


f 

« 

A 



- XIX 


nùccciy 


»\<« 


— L& Icte «ie Sû»^l Di^cV' tTl - ^rivce «rx 700 ip. il 
Kur un fiMr.ir iu Tl», de («i P<?u^o(. i. Tvtr.nci •Vu • îaSn CAc<ls^ 



*?• iuo.r.:c;.;,c Ici7f i.'.t, Je »i.! |i>on Cli fcî Courry üi.".» l'Afcljayc de. 

dcionix^c. Il f rt,,;. de fc:.». ce! .OrjCTV,__! 

flllL‘ifI5^^;l.P.7<:uojr_ÔC»Mi.rcJ. ‘{J t _• Lcoe.-xcîf, I>A.:c^€*t J 


lœ'. 












* GrAYurt lu los ie \i tête t>i^jbcpt 

• 6Sli.819- 


XX' 





•S' 



y. 


CI? GIT NOBLa 

arie de negr^ 

I 

D-hRLES D/a.IE 
• * * * 

D:-!AIÏÏP0UL- D!* 
BLAMCHEFORT 

AGEE DE SOïK 

• , 

A El'E S rrr, a n s 


P 


k 


DECEDEE LS>' 
XVII JANVIER 
MDCOLXXXIv' 
RE9UIEÎJ GATIK' 
PAGE • 




f 


fi 




I)èlic <îe c'»avct*ùrc K«ot\cs-\e»C\\l\«.%U 


































LS SSHPSKT HC'JûS 

2:t sailt sULpics le pa.'Ûz 


p&r 

PIERRE îûUGERE 

LOUIS SAir;T-L‘AXE:;T 

GASTOK DE KOXSH 





Les exemplaires de oet ouvrage sont en Tente ^ : 


PONTOISE, 

ohez PIERRE PSUGSRE 
9, Rue des Cordelliers 


argeijteuil, 

chez L. SAiNT-IIAXSt'T 
65, Bd. Jean Alleuaniio 


ER33NT, 

chez G. DS KOKSP. 
116, R. de Sar^40io 





- 2 - 


LS GüapftI.'T noues 


NOTES SUR SAINT CER<TAIIi DSS ?RSS e,T SAIHT SULPICS DS PARIS 
par PIERRE PSUGERS, LOUIS SAINT-L'AXSI.'T Cl GASTON DS KOXER 

Avant do lire loa liâmes qui suivent. 

Au lecteur de dai/;ner ee oouvenlr qu' 


...aprèe un xonç floursoil, leo lùenae hypothèse a 
reaauecitant, aane doute noua revleJtr.ent-ellee 
avec des vetenenta neuf a et plue ricîjea, sala 
le rond^ reste le se^a et le itaaque nouveau 
dont elloa a^arfublent ne saurait troianer 
l»houine do ecience.^ 

Abbd Th. LIORSUX 
Directeur de 1*Observatoire 
de 3our;t0 8, page 10, du li¬ 
vre V ALCNiyis i.'od:-:ri;s. 



• ..O^COUVAiS UNC AUNC 
LIS SSixANTC QUATAC AÎIAACS.» 


PONTOISE - 17 JAIIVISR l^oV - 3 FR3 



LS SSnPrtl.'T nOL’GS 

KOTc.» SUR SAINT GERLIAIN ET SAINT SULPICS DE PARIS 


Avtint-Propos 


Coicne Ils sent 4tra:v#/ort ir»» Manuscrits du est A;tl, p’.rsnd 
voyafTour J« 1* inooju'.u, lia ras «ont p-irvsnui sipur^iisj-.t, pourtant ils 
roiTuient un tout pour osxui ^ul «ait <jus les couleurs de î’arc—en—cle 
donnent unité blanciie, ou pour l'Artiste qui «ous son pince&u. fai 
des six teintes de ea palette na^a^ique. Jaillir le noir. 



Cet Acl, counent vous le présenter ? Son non demeura un 
aystère, cala aor. noebre est celui d'un sceau célàbre. Coccent vous 
le décrire ^ Peut-etre cocce le nautOTinier de l'arche Icpérisaablo, 
Icpaaeible zoz^<ii u:*;» coloruie eur «on roc blanc, scrutant vers le ' 
Dldl, au-delA du rco noir« 



Dans Bon pélérlna^^e éprouvcoit. Je tentais de ce frayer à 
l'épée une vole 4 tra.era la véf!;étation Inextricable dee bolo. Je 
voulais parvenir 4 la deraeure de la SELLE endoncie en qui certains 
poètes volent la REINS d'un royauce disparu. Au déaospoir de retx'ou- 
ver le oheraln, Isa parchemins de oet A;al furent pour coi le fil d' 
Ariane, 



Gruce à lui, désormais à paa ueaurés et d'un oeil sur. Je 
puis découvrir les solxante-quatrs*pierres dispersées du cube parfait 
que les Frères de la BELLE du baie noir échappant à la poursuite dea 
unurpûteurs, avalent secéea on route quant ils s'enfuirent du Port 
blanc. 



Raeaenbler les pierres éparses, oeuvrer de l'équerre et du 
compa'e pour les recettre en ordre régulier, chercher la llgTiO du cë- 

ridlon en allant de l'Orient à 1'Occident, puis regardant du Ilidl au 


»• »■* 







4 


KorJ, «nflr. en 
station devant 
étant 1* anneau 


tous aena pour obtenir la solution ciàôrchéi», faisant 
les quatortê pierres narquéee U’uiio croix. Le cercio 
et couronne, et lui le âladàiie de cette PSIirs du Castel 



Les dalles du pavé isoaalque du lieu sacré pouvaient-être al- 
temativeaent blanches ou nolros, et Jîîâ'JS, cor:mo obaorver 

leurs alip'nec.ents, ica vue semblait incapable de vuir le eo7.:iot où de¬ 
meurait cachée la sor'/eilleuce endorttie. !«'étant pas à la 

puissance na^lque, ccnnont décnlffrer loo mystérieux symboles /gravée 
par loe observateurs du p&seé. Sans lo eai'.otuairo pourtant le béni¬ 
tier, funtalno d'ar>wur des croyants rsdonns némoire de ces mots : PAR 
Cb SIGK3 TU le \aiî;cr;;s. • 



De celle que Je désirais libérer, joontaient vers mol les ef¬ 
fluves du parfua qui iupré/çiérent le sépulcre. Uodle les uns l'avalent 
noiaiaée : ISIS, reine des source e blenf ai santé o, VSICSZ A L'OI VOUS TOUS 
QUI SOUFFREZ ET QUI ETES ACCA3LS3 ET JE VOUS SOULAGERAI, d'autres ; 
L'ADELEI2iE, au célébré vase plein d'un baume /Jfuérleeeur, Lee initiés 
savent son non véritable : UOTRE DAIIE DES CROSS. 


•Mi 


J’étais cwimr.e les bor^çera du célèbre peintre POUSSllî, perplexe 
devaj^nt 1'énûxme : "2? lU ARCADIA ESC..."* La voix du sans allai t-elle 
me rendre l'imapie d'ur. passé, ancestral. Oui, l'éclair du génie traver¬ 
sa ma pensée. Je revoyais. Je comprenais 1 Je savais maintenant ce se¬ 
cret fabuleux. St nervelllo. loro dos sauts des quatre cavaliers, les 
sabots d'un cx;eval avalent laissé quatre empreintes sur la pierre, voi¬ 
là le Signe que DELACROIX avait donné dans i'un des trois tableaux de 
la cuapelle des Angee. Voilà la seotioms sentence qu'une main avait 
tracée ; RETIRE ÎhOI DS LA DOUE, QUE JE XtY RESTE PAS EliFOli'CE. Deux 
fols.IS, eubaumeuee et eabaumée, vase uiraole de l'étemelle Dame 
Blanche des Légendes. 


^ 9 



Commencé dons les ténèbres, mon voyage no pouvait s'acnever 
qu'en Lumière. A la fenêtre de la «aioon ruinée. Je contemplais à 
travers les arbres dépouillés par l'automme le sommet de la montagne. 
La croix do crête se détachait eouo lo soleil du midi, elle était la 
quatorzième et la plue grande de toutes avec ses 35 centimètreel lie 
voip^ dono à mon tour cavalier eur le ooiireler divin chevauchant 
1' a'èlme. 






- O - 



VI«Ion célastd pour celui qui ce aouvler.t des quatre oeuvres 
de E3. SIG:;0L autour de la li;çie du Méridien, .tU choeur ueue du 
flanctualre d* ou rayoruie cette ecurce d'axour dea ujia pour les autres 
Je pivote sur sol-ueiae paaeaut du regard la rooe du ? à. colle do 1* S* 
pula do 1* S au ? ,,. et la spirale dans uon eeorlt devenant cosuze un* 
po^po aonatruoux expulaant aon encre, lea Unèbree abaorbent l^^ lu- 
Dlôre, J* al le vertige et Je^ porte aa uain ^ ua bouche uordar.t Ir.o- 
t*nctivoujont ua cauzse, peut-être ootiue CLIHH dana eon cerceu^l l'al^** 
diction. Je cosprends la vérité, IL STI* ?AS;aS, nais lui auesl ên fal- 
eant Le. 3îc)>', ainsi que IraxACCsba CELUI de la toube fleurie , liais 
combien ont saccagé la IdAISOU, no laissant que des oadavreo eubaxrcéa 
et nombres de métaux qu'lia n'avaient pu oiaporter. Quel étrange mya- 
tèro recèle le nouveau temple do SALûUÛî; édifié par lea enfanta de 
Saint VIIiCElîT, 



Uaudlaaa^it les profanateurs dans leurs condroe et ceux qui vi¬ 
vent sur leurs traces, sortant de 1'a cime ou J'étala plongé en accom¬ 
pli aaant le geste d'horreur : " Voici la preuve qu» du sooau de SALO- 
lîO.'i Je cor-nais le cocrot, o.ue masxaxSvixiS de cette REINS J'ai vlalté 
les demeurea cacnées. " A ceci. Ami Lecteur, garde toi d'ajouter ou 
de retranener un iota ...^médite. L'édite encore, le vil plomb de mon 
écrit contient peut-otre l'or 1© plus pur, ’ 



Revenant alors à la blanche collne, le ciel ayant ouvert ses 
VAimod, 11 uo B6uibl& prô9 Jb Z201 BBiàwlr Utib préooiâcd, Ido pIbcIb d&ns 
l'eau comme celui qui vient de recevoir la marque du baotèmo, me re-, 
tournant vers l'ett, face à. col Je via déroulant sana fin ses anno'iux 
l'énonae oaRPEUT ROUGE cité dana les parohentlne, salée et amère, 1'é-* 
norme bote ddoîialnée devint au pied de ce jaont olano, rouge de oolèro. 



lion émotion fut grande, "RETIRE LOI DS LA 
mon réveil fut Iccédlat. J'ai orale de vous dire en 
un songe que J'avais fait ce 17 JAirvisn, 
la eu!te aoj\ troubl 
voua le relater mn 
les pages qui suivent 
monde, de 1' étrange 


--— -ste do 

e persitant. J'ai voulu après ré 
conte do PaRRAULT. Voici donc Am 
nt le résultat d'ur'i rêve m'ayant 
à l'inconnu, a celui cul passe d, 


1'inconnu, a celui qui 


SOUS" dlsale-Jo, et 
effet que c'était 
Saint SULPICs. Par 
réflexions d'usage 
Ami Lecteur, dans 
bercé dana le 
PAGGE do PAIRS LE BIEN 1 


Octobre 19CG 

1' AuteurJ 

LOUIS SAI UT- l'axe:,t 






K iv^it ■crr«l<Mre fkMil y 
•ir|a:M«)ix k» Min 

«H fao*«|rrrii!M»»int n.t «iii 


j’.rVi J y\ lionl il« U S‘iii<, l'tiire I 

SJ I '«••• »-<■ »«• "nuilwo 

vioH* lOMr orl«vi„çc.m. 

B y a tlit'lniit ccuU a 
**e •* romaÎMA. on «m vnvaU 






uir 





















«itfisniaij 





























• J • 



Ij rivt (ie t4 Sciao ks (>rûi, ùci Joi'Jiu* <»!/ 

i« droMii U* tcmpto ?uit, pjiroiiRinl :« vcrunl ûu 
I.ucoüitiu et tVteaûant au loi* lUn» ta plaine, »‘al- 
loAScaieni J* lidle* rouict ctuptcnv^i. qui m dirigeaienC 
ver* Crenoile. ver» Svrrcaet ver» Yau^mnl. 

Seua •€» prcMicrtrai» meran'nÿcni. Pa^peetilo ce ierri;oire 

resu à peu pni:s («Nivme.CcpeAdau(. le camp romain a disparu; 

sur les mine» du lciu|de ùo Diane, Oovts fonuo b lusiliquo 

de Saint^rierre et Sai■^?aui, qui va bieeldt s’apooicr Sainte» 

Ceneriô'e. et le palais des Tlrermcs 

M devenu b rvsidence de» clrcCs 

franc», suocesseon de» Cten. OuV , 

deliert cl sa fesnao Ulirogotiie scni* 

Idcsl Btrtoul avoir afTeetioand celle ‘ 

« • 

dcjncura et ic» magnitlquc» jardi»», ’ 

où il» prânaient, dil-oa, plaisir à 

ttlûver de» arbre» fruitierB pbsti!» ’ 

d» leurs nain». Saisi Cermaia, £vd> 

^ , • 
qvo do Pans* les uiîbda pourUat ^ 

à en aliéficr un» partie, cl vers 5â0, ' 

b basilûiii» do Saial*Viaocat et ' 

Sainie-Gioix. foodeo par Qiildebert. 

s'cleva à l’aaÿe oceidcnul des jar», 

dins du pabU des Tiennes, sur 

rcniplaeement qu’avait ocespd b 

ieaipb U’Isis. * 

I Le ddsir de pbire à saint Cerraain 
se fut pas b seul moUb du rsi. 

Croira de Tours raconte que tes 
bahiiaau de Saragoue, assid^ en 
SIS par Oiddebert, reeourxtrcat ê • 
as sÎD^Iier noycn peur se d£fca> 
dre. Ils se rwûtireat de eiliess, et 
iircai plusieurs fois b tour de b 
Ville, en elianuat des canüques et . 
ca porunt devant eux b tunique 
du bienheureux sôbt YtuceaL OtU* 
dêhert, fiappd d'etonnement, eaira 
ca potuqtarlers, ajovito Aimeint ehlint b pr^icuso bini> 
que, et a ce i>rix emmena ton armfe, avec bqndto il 
rârs^ une autrô partie de t*Espa;ae. Le nouveau 
fut •leslind à abriter b relique taerde, et.Jédid ^ saint Vin» 
eut; il reçut aussi b nom doSainte*Croix. en souvehir, dit¬ 
es ,* d'iinô* croix d'or que b roi araii (gaiement apporûo 

cl qui p.vvsaii pour avoir appartenu ^ Salomon. * 

•••• 


a* r>-i»«, Nwa*** >r m. 















$0 d»ü« opyaarLî • ls a:-cs:Ti:î;;irj 


CE UAZmÎUK > 1861 * i St. SVL?:CS. ?àa:s 
































































, .Al *• .1^ 


- • .‘L’ÜPCQ'JS M£r.OVT.\Cir.N.Nr 

■ Ti^’ T.V3LEAU DYNASTIQUE « —- - . - - 

■ I ■■! j Kmtmütuî^îty^ÙTiym iS iitC^^ 

om l« lUMll] » Im y.|i MU. I.Ih .1 Utn, l« nfMt a4M4M 


IMwf I* ÎWI^.Ul M Ma H« 
rwaMtan lUa^ai. TWMHUt IMMU) 


C1Ma«v ail<4M) * l*' 


C.4.;r. t** 

.- Mi Ma /'mm. (kS«, 11 


. e>Ma<la «a tartas. «i b Oh»m aJaMiMaia, M ta r>»M.t 



2î*^**ckmÜ15***** **** 


CulMal (MI-UT) 
/ana 


4aal>aab ;»TK. M^r^rM ;»Ji • tU 




ItoTJ B 1? IWt >a<a «aa f* lUMiia R !• (;]) 
uM'i».-. 1»»;^ .WtMM tMZI 


/TMaïi, 4«H«a 
<a Umi (tbl| 


m rU4-CU| 


CMéSn m tBS>^) 


AMüu a 06o-ni 


a«c«^n a. t«^ «I «M 


ostrt* za 


féÿtM a 

’ÿtÿi 

«•m* «4 U .V«arfMN 

Tn« 


ckU4Wfi a Mvnii 

ÀiÊêtf^té 


<Uip4t^ a 

t U wk* 

fti mi»m U m**i 4 t /<•»« U 


QtfiiHi a 


M riiM M 

•« T«r 


Mb*. • - 

Clodo<nIr<«r‘ 
S Chiirf«b«ft ir’. 
^ Cieiuârt !".>'•.• 
^ InbéltrminA. 


t i I ! 0»sob«.n l’ 

^=Cfifc*A ‘ 


.••tTAQNl 


lAltMÀfA//9 


RIi; DES 
LOMBARDS 


'Afifa 

»«OVtNCI 


» N esc vrai <;ue, l«i prince* e: les 
pciiptes nn^rldloniux étaâenc nscuroll»- 
ment toisants. ‘ Ils accucillatenc de* 
puis kmptemps |«s Juifs, qui curone 
ime de leurs qrandes dcôles S Lunol 



























































mm 




fV ^ (wWiri UlùUCtmâ» tn tui, Ua^MH 4« (bii U UiMùf M^lu. 





AWTOfhîË L'EtlhUTt 


UN TRESOR MEROVINGIEN 

■ T « k * 


RENNES— LE—CHATEAU 


K 


0 
!s i 

O 
n 

h 

M 

s 5 - 

S ' 

K ! 


8 td ■ 


■ït 

O . 


No 17 



^ - -y 

^ -l -_■ rl 





vie 

1—AN VERS 





ANTOINE 


MEROVINGIEN 


Khtorîqi]^ est le trésor de RenncS-1^ 
CbaiedUj pâlit bouz^ dâ Fr^meC dori^ Icâ moues des 

OrbiéreSj i sobciate kHonaètics au ^iid de C^cas- 

ÇOQIIÇ» 

Sen c^5c et se$ quelques maîsoEis sont perchées sur 
lia pitoo rûcheux auquel ou acctdc par uae rampe 
srfvirc de cinq mauvai-$ IdlomcticS, 

li a presque fallu un juirade poiit qu^uo ixé$ûr 




cache CH ce bout de tnondc où liüs ütiLas ne ^riinpcn.t 
qn'à grand-peine, sans guitc pouvoir $c croiser en 
cours de toute* 

po’^aütj il y i uü irf$of i Rcnncs-Ic-Chiteau, un 
ttuthcnrique pui^Eju'il Eit rmuvô H y a ud demi- 
füclc par ioctjrf ïlcrangcc Saunitre, qui après l'avoJr 
cjitaini ^ ot^ i pciac sans doute —* k kgua i sa ser- 
vaotc-msiltieïscj k Jolie Marie Deuauiaud, laquelle le 
kgvA ù son touT à M. Noël Corbu. 

Mais riufritagc de Marie Denamaud fut iniipmplet 
puIsqukQi: mourut sans avoir eu le Kenps de révélée 
la eachcttCr 

E>epuîjü, M, Corbu détecte^ pioche, cceusc;^ sondoj, 
dans respoLT de meure à jour les pièces d*ùty d'argent^ 
tes bijoua: et les pierres précieuses du crésor évalué ù 
huit milliards^ et que des hisunricm sérfetnt peesent 
Être k trésor de Ja Franjc« du xiij^ siècle. 

" ladis, il y a sept cenu ans, dit Nnël Carbuj il y 
avait i Rennes une vilfc de TToi& mille âmes et ujw 
ccittlure de remparts dont on rctrorri'c encore des 
mines. 

w En cherchant k trésor j'ai diconvert des iiïoimaies 
anriçûncaj des poteries^ des armes et les squelenes qui 
équipent mon pçül musée, 

i SclcR dn bîstoricRs de C^ccassonnCj. k genèse du 
trésor lemonlcrait i février iz^o. A cette date* !ft 
révolte des pastoureaux déclecchéc dans te Nord de la 
Franoc par le mystérlcus a Alslue do la Hongrie ■, 
barra[t son pFcîn et la vague des serfs ce des guttut 
déferlAÎt vers îo mîdL 

« Blancbe de Castille, r^ente de France, vlai- à 
Hcunts-lc-Chaicau. ” que l'on appelait alors Rhedat 
— pour y mettro à Fqbri, daji3 b puis^nnic cîtadeüçH 
le trésor de la Piance que menaçaient à b (bis les pss- 
tourcav:c « les îC]Urdc$ cabales de U noHcso, NoCci 
en passant, que jq eîtadeüc de Rhedae passait pour 
imptenabte et se situait sur la route d'Hspîigne, où 






1 



Btinctic de Ca^dllc savaîî pouvoir tc^uver ccftigt ce 
cg!t de dafifcr. 

4 Elle Ec d-épga^r le t r&or dajis la salle smLterrâJhc du 
doEijm). Du moJm en te pense- 

f OjtcSj on $'c 2 £pliquc mal que le ufsorsolrdcmeurd 
Intact sî lougtcmpSj sunouc durant l'aimÉc au 
toucs de Taquellc âGint Lduû$- 8:tir?k eu. ijnt beniu de 
subsides que üc pouvait luî envoj'er sa mSre, i 

Bcefj M, Corbu pense que ee ni&oi cxinsûtuatc une 
r&crre eû Ton ne devait pujsi;t qu'^en cas de pétît 
urgenL 

Blanche de Castille mouruc en 12^2 apt^s avoir révâid 
le secret à saint Louis qui le ennha A mi bis l’bHIppc 
te Hardi. 

Ce dernier mciunii i Perpigoan sans aveit eu le 
temps de dire i Philippe le Bd le secret de Rhcdae. 

En ûn recocHtruit Rhedae qui devient Kjctuic&' 
tc-Chîteau; rsinriquc /orcetçssej légîrCOienL dJ^plac^eJ 
s'drigeaÊE i remplaocmcrti de Pacmdk propd^f de 
AL CDtbn. 

C'est afets que commeruce la vcntable bistAÛe du 
trésor p«du et tïouvd 

Trouvé d'abord au Xvli'* sîtctc par un beigcr du 
noDi digruce Paris, qui ayant égaré une de ses br^Is,. 
l'eutendlt bêler au fond d'ime crevi^sc oîi il dcAcendiL 

Maïs la brebiSj apeurfe par l'irruption du bcigcr, 
sWuic par une galerie. 

Toujours à sa pounuite^ Ignace Pitris déboucha dans 
une crypte * remplie de squelettes cC de coffres i-. Ici 
Uns effrayants, tes autres su COnUraiie piciiis d'at¬ 
traits. 


1 


It remplit ms poches de pièces d^or* s^’enfuîE épou- 
vsncé aprts coup, cc rencra ehei IuL - " 


Sa subite rortuno fut vite suc de tout le village, mais 
Ignace eut la malidresse de ne pas vedoir en i^Fer 
rorigîfiCa et accusé de vol il fut rué sans avoir pu dîvul- 
fiher le secret de la crypte. 




Y cut-ü dboulcuncnt i rcmi^ du soutcrraîn? On ne 
saltÿ nuïi^ jii^qti^cü TS912 il ne fut plus qii^gfidu tEfscr 
dont iGi pâiwcs du bo^r ce dcvâitnt coaaabie 
remplacenicin. 

Un dvéïtcfCLCQt: fuEtuit -à celle -dpuque £1 encrer en 
joj le curf Béranger S^unière. 

U avait obtenu h cure de Reancî en 1885, et fut tout 
de ïOite adopté par la famiUe DctAmatid dont h 
Marie âne-buit anSi et travaillait oDoune cîtape- 
Ifke âu bourg d^pérauza. 

Lc5 Denirnaud logéi à réfroit ne taidircnt pas i 
venir babîter la ciin^ 

En 1892^ k cm£ Béranger jouhsaJt de l’esdme cer¬ 
taine de ses paroLs^^iens, tant par son xüîc que sa 
benne humeur. 

C'est à cene époque qu^ obtiiit un crédit nnmîcî- 
pal de deux niiite quatre «Dis francs pour refaire Je 
matLH-antd wisigothiquc et la coiiure de son égUsc. 

Le maçon Bab^ de Coui^^a se mil au rravail cT un 
nudn è neuf heures^ Ü appela le cuié pour lui niontiei 
lia dc4 pElicra de l'auiel quatre ou einq mUlceux 
de bofe^ Creux et fitrmei | la drt 

^ Je ne sa» pas ec que c’est! dit-iL 


Le curé Duvm l’un des rouleaux er extirpa un p^ 
chetuin éciftj pen-se-t-onj eu vieux &aiiçsLs méifi de 
où J^on pouii^ic â prenùiie vue dbeemer des pas¬ 
sages de L’Évangile. 

— Bat, dit-il au tuaçon, et sonr M vîeïltefl pape¬ 
rasses qui daieut do b Révolucton, n*a àncuoe 
valeur! 

Babon à-PPÎdi alla déjeuner k raobCTÉi^ mais uitc 
pensée ]e tïaeas^r^ si bien qu'il en fit pm 4iut0ur de 
lui. Le mnjEc vint aux reusdgncnieDts; lie curé lui 
moctra un parcbemkt auquel Je brave bDcucne ne 
comprit gouLle et l’afTaûre eu rata IL 

Pî» icrtjt A fait «pendant^ car B&TLf^cr Ssrunierc prit 
Sur lui d'drréter jea ltav^ux de J’égltse^ 




tl la crjpp[ç fty iriser où jadis I* bcrigcr Paris qvaîï 
abcud- 

• Lei pjèoes d*cr^ les bîjouxj les précktiscs 

$o^E; ti^ tcfULcs par une épaisse wudic de pouKiére^ 
mah inUfte^ 

E Ils airïEciiC Un plan : le curé iana en Espagne, cd 
en Suisse^ en AUema^e changcf les piked^ 
et il expédiera Parsenl par la po$Ee« & Couüa au itom 
de Marie Denarnaud. 

a G"cii <Æ qu*iJs firtni aon aans daiiÊCX ci diflicuJtc 
pour rapatrier Ica capitaux. 

4 Quoi qu'il en soir^ en 1893^ le curé Sauruire est 
richcp ti^s riehe..+ lellcnicntj qu'à ses frais il commande 
loTircs les réfections de ta toiture ec de Téglisc qu^d 
embellir de façon sumpTuetisCu 

E II fait réparer le preabyterej oonsEruirc le mur cPen- 
cickiTe du dirietitre, édifier un kiosque dans un splen^ 
djdc JîjdLO i rocailles er à jets d^eau. 

< De phis, il ichite de beaux meubles^ des robes ^ 
grand prix pour Marier il fait venir sou rhum de la 
JomnjquCÿ. des îtoEcs de TAfirî^M* il engrafese 5cs 
canards de basse-cour avec des biscuits à le cuillÈre — 
pour qu'ils aient h chère plu$ fine, — élève des chiwis 
d^agrcment... 

M Bref] c^esE la grande vie h Renrus-te-CHiâtcau où 
l^on dent table ouverte^et quelle table!—potif 
toute la gentry des alentours. 

I I>e curé achète des tcmîns^ des maîsmii» nftiîs au 
nom de Marie Denaïuaud] et la jolie btunetie aux ycmc 
malicieux^ i la mille dcvîcur une vérliahle ehate^ 
latue. 

EQkMnd il tsE en déplacemcnc* le curé lui écrit : 

eMb petite Majîncttc^ que deviennent nos bétes? 

Fais une caresse à Faust er i Pompoauct [les duen£]p 

bonnesânté aux Japiiis^ Adieu Ton Béranger... * 

t A Vrai diiCj d'autres belles part^^gient aosri le cœur 
du uouvrau m^iardatre^ On a ;^^/uncé les noms d'Emma 




CaJveCj de ta bcEle cuinitise de B. «r de bîai d'aussi 
« Cen; fortune subite st tourné U cèce du prtae 
cl Ta fait sombrer dans k mégiyciinaiiîej il rSy* de 
coDStaürâ un diâteau! Mak, pradcni nutgrc toiit, ît 
, a sûin de dcuuuc Ica mdicaiJOEia qui J'enE iBcoé à la 
Crypte; dans le cimeii^rCj ü gratte les mâcziptions de la 
d^e fuDdrajie de k eomcesscj et tnei les pAJ^dïemill3 
dans la salle au^ 

; « Le rüîdre vient lui faire des reproches au sujet de 

I la tombe saccagée et des rïcbesscs dont il dkpostj oiais 
le çtïié rii do ses cralnteSj lui f>arlo de Hdrixagc d^ta 

i otîde d*AiDériqtic et lui donne cuiq mille franps eu w, 
c Le maiic cevjcndia so^tveot ji la chatge... pour le 
paCme prix! 

Il t Mgt Bilkid^ dvjque de Carcassonne^ s’înquîitc Jui 
I au$si du comportcELLCDt de son piCtrc^ mais k caeor^ 
I avec de FairgCi^c^ de bons vins et de la bonne ebice les 
«: diflicidrés sont aplanies. 

i 4 £n iS$7^ Béranger Sâuniérc fait conunencer la Cons- 
] trucdori de li v[lk Bithania^ avec scs tempaits et la 
î tour qui coQtctOnt k bagage d^uo lEulUon-oç; pour 
; avoir des fleurs à belle aimée il fait edifier une serce 
; SUT le chemin de londc^ 

4 Le successeitT de Mgr Bitkrd^ iVIgr de Beansdjour 
vient joucT les trouble-fête ; il dematidc deï eaepti^- 
i dons i Bérai^c-r^ fc convoque en Cour de RoniC et 
^ flaalemcut pi^r.oocc oontee lui riafcrdletiQii. 

4 Un nouveau cuic est Dotnme i Rjcnncs-Jc-ChStoau^ 

i niaîs Sâuniiic a^'en a curc^ tr dans k ebapdlc do s 
villa continue â dire sa messe qui rassemble d'alUeuirs 
la quasî-totalicé des paroissiein sî bien que Je nouvtau 
venu écQ&uié pretid le pani de no plus f^re Je rude 
cbemin CQuIsa-Rctiocï. 

4II prépare aussi un nouvciu plan d'embdiissemem ! 
iJ veut iürÆJçvet la tour* constmîre une route fusqu’i 


Ë DuIza, AcJ^eter une auto^ &ire radduction d^c^u dans ! 
ut le vlJlago; soLi devis se j^^ie i huic taDlions-ctr 

=3 — "■ -—' ■■ 



(cD 1914) soit environ huit imUiards o; firmes lÊgfirï., 

I Ost axgtûc^ le ciinf ?a en «pfccea, 

1j janvier I 9 l 7 j il Ûgat bons de coEmnandc» 
1031$ une cirrhose du foie Fempone le 22 ^av:[sïi qo’il 
ait pu donner oorps ^ son projet- 
■ Maric^ désolée^ dispose le défunt sijt h tem^Æe, 
assis dans un fauteuil rooouvert d’une cniTcttLixe à 
poffipoas rouges, ce tous les villageois viennent prier 
et onportent chacun un pompon cocomo rcliquo dti 
sïint homme, 

c Marie Denarnaud est desormaiâ seule juaîtïsso de 
Rcnnosdc-Cbâtcau eu. tout 3 été mis à son nom, 
cite Ënlcsa vie qua^ doîDCée^ne recevani plus de visites^ 
et il est probable qu’elle ne revînt jicwis i la aspte 
BU trésor. * 

Voilà 0* que die Ncél Corbu, troisiiiuc pCrsoEma^e 
du roman et bàxitkr de Marie DcnamaixL 
M Ccrbu ooonut Marie à lâ Un de sa vk^ de 1^6 
à i95j> tout à Mx piix ba^ârd. . . 

Avec Sa lèoimc;, il prit pension chez elle et sut lui 
ÎDspirer confiance ti mduL 
— Ne vous faîtes pas de mauvais sang m-onsîeur 
CorbUj lui dic-cUc un joMin Vous aurcr phs d'argeat 
que vous ne pourrez en dépenser] 

— D'où le sortirez-vous? demanda Noél. 

' — Ah ça... je le dirai quand fe mourrai) 

Le li jauvîer 19539 tomba malodej sombia dans 
rinconsrieQce et mourut en emportant son seereL 
Voili donc de nouveau te trésor de Blanche de Cas¬ 
tille perdu et bien perdu cetEc foiSp semble-t-^ü! 

, Mais eu fa jt J rien ne prouve que oc trésor soie celui de 
b mère de saint I.ouh^ Certains avanccDt qu’il s^agirait 
jdu tïésor dWlarlc dont U capitale ctak Rc^cs-le-Cha- 
ïeau; d’autres» et c^eït plus vraisemblable^ peudient 

* A k ■ ^ J 


peut te rrésor des Cathares en tenant compte du f^r 
^uc Rennes écaic leur deuxième criadelle apria Moqt- 



pct'ilfi cCin^li ; quelqi;Lrï-ui4tïlii?itkip 

Lu on E 4ji'tp3.p^, l^ù•rïü]-9f^ E fJi rulnci;. 


CT crr NoflL# I 
ARtE DE NEGIl' 
DARLËâ DAME 
DtlAUPDUL m 
BLAMCHEFORT 
A^EË PE SOIX 

A«TE. 5 ^T ANS 
DECEDEE LE 
XVll JANVIER 
MDCOLX^CXi 
KEQUIES ÜATIW 
fact: 





Quoi <]u^îl ttï ÂOît^ le irfsor 4 orisic^ et il «Kiîte --%r~ 
tàicenTLf'nT: encore connue ^mbte le suggérer cette ivltct 
figurine dajiï les archives de M. Corbu ce qu^Jl^ de «cj; 
vïüs dcrivxLii au curé : 

E Tu ce peux rien dire puUiquemeut, muï coaf?±K- 
toi» tu absout car tu n^as rien i te ncpiocbcr. > 
Rilisî Béraagcx Saunière m ^nütiluc jamais se coaTes- 
£cr au stijce du ct^rj sù^ou i sa maîtresse Marie 
Denarnaud. 

PoiiTTanr le secret n'est pas îrnp^némbEe. 

Uu habirani de Reniacs-lc-Chaicju qui en sait peut- 
ctï4 kpug a dit un joor ; 

^ Le secret du cuié aui mîlIUrfs est -f+ sw 
tomlDc^ H l'^Ic scutement de Ciauver laquelle.»- 

Un four dc£iç> les imUiaEds eadtca pat Je vieux curé 
seivcc pcut'itrt ticuvfs par k foswycur.Hi CE et sera 
tant pis pour la petite eitc perchée sur son piton 
iochcii7[ ; clic perdï? le plus <S^k de son my^tfirCr» 
ou ie plus sombre sî V^n préfnîrût 







FLÉODIS RÉGIS 
CèLLIS ARCIS 



PRÆ-CUK 



LiXLtXL 


l^j^Piqjaao. 


AUSTRALIE < RA 2 :es 


J7f - a««iaî 11^ 


■a*Ln.L-DauiiHiBFt‘, 

i'ElÉ IIL, ai. d'J^Uiinlï-««^ 

N ui 44ti. . ^ 

tülL# fiL Ûï «n ItIhekIb. 

AbIau^ bji «71 duu 1* !1 jP44-lÉAf iT JUbl-irÉtS-fi, 

Itod 4^ AMVE-'MjII* âiL 4)?i B^ nM^^UTU drmB ^j-L^b da 1' 

dteiL il ]« «w>gu4Hv' 

411F -dFâ^ dÉ p4!Ei|.nj da^ JLb fI, da ÏHPJMiL 

^4 Ù4 M44tabir* -Cm. 

UUI^ à. 3i.niv 

TdWi 1, 

nll94 44- krlrtli^ {3«-hnlfî^ ïirll* pu £ 44^44 
4n if^t HtshU' *ti *73.,.. ,_ - J— --.— 

□ latiÉ^ flïï* im- min H. -dtnlra dü AbIIé *r. 4* Üldll-lL fiH* 4* 
riildii^ FO-l *td UÉlAClha, X4 -b I 1IM4*4 M *U, ULTléd 411 

)UtFir *a ÇH Cil. 

OiTbbLv 3 

L 

Trp]* mu* du lla44ïl4P^ 

IJ7*JLJ14 .. 7^4 H1 SWr AU*144 4'-D4rtn i fUlapA^aF.^ Mùiy^ 

fa bd QiéiiBPtrj 

Irt3j4i 4 Ut 4a 44«, iUniÉ Éüt Bi44H^ éti]4 Hivlw fllL**.' 

!f** tti ATd 41 FÉ■.l.,|^4114P * ïïrlP 4% f *1. 


Temié éOfilbt da- dIbUb, 

PUE^SIA* . (Odlu-dB Bl fiJk Aidn# lAF AéIBI nd-tAnt 411 

kt* 4a 4T* 4vit l4 Aadït Kt«lB4i.b^ 4111 pi ri 4 II «■ Ots, 

juco-ta Kfidf-ii^rp V34Pm 4n 


«pnm I^. Vf W *Tfl. **W*4 W 4* ™jj- JçmMoM ^cm *t 

4-1 Ml l4 l4Ur ^r4i. lAj«Wd- 1 é Ùt HdMl» AM 4i1- FPflHï* * 

l 4 IV .^«rriipr Ml pur ut d4Ft«lii tf^l* pai]]B»i^ ^riv^nd ■ 

rim. AFiiai"- Il p4J-kA 1» U144 M C«at4 Ap Kuf4 lt l+ l^nï-■^_ tB* 

Il Cv^ 4n-LPrp* 44J14 4411144 ftLin-lP V444l-p].^ !■ 

rAUdèl., Ldè ai«rrB 444^ ilil -d^TAllÉP JrirUXiP WL Mf4AE- P»a 

li. PépÿlliUr* 4» 7?1 <|4l, ■ 

C1^ -1 

Ajtt 41d MH*. fUflUPU** É4 i‘«l:i4É4PlÉ4 4U HMIlÀr* 44 jtvlPl 

«=| 4*Q, ÉDbBBBB 4f 41- üOfiuU'ria ■!!■ **t Mona Éü 7Ù4. 


Cil âlP41« -ilkliE. 1 b. pa-LLtp da iDiJwa^i^ 4^ 4.^ 

Wul4ii 1 b r^MT^U liïjt4 «IfIFP * HIlfFliL r*r«i*T ■*” . 

Bdn- T«rr 4 li]i,. Au Vmdd jAem 4LiII MH IbF, tF4f*P 44 p 1 frl- 

n 4>-Bk^wi, 

CBl L*i dPPa-mMfilB |]ifrBS£J¥7 IT fVdnt 41 i4*b 1« du IU1I4 MU* 

Ip* 'VliT^dliftiPnB pal' ^BT^-PP I3_Ï4 OUW'Pi 4t flÙATl»" tH, -1* 

oa-p3*. 

rïl AlMhPFP ]7 ri l'MuJ pt*r *Uf un péoillr da A*r^BB-rl-Bi—A alm 

** **" l*t«,llÉ .* <. 

». +.J. 1^^ ]« mr^ dj W-I^hf^ 4.^ Ih* feadB, 



Éo&«^E^T RBHl «r. OWVSh fija&TJi:tT 
1 VJü*aiKt-^ywRjiZtra jour lU^lîlA 



n 


*ï- 

T|- 

*r- 

J 




-* 2 


1 î 

.IX H 

â>]* 

S ^ 

i .»3- 

S ^ 

fï 

§ À 

t M 

1 *)- 

1 1 

î 

5 à 



d 44EL 

C ■♦TTt] 


ihLntJ 

#nl+rr4 A 1-Laiui^ ijbuafà 


btiAsar IJ 

nui 4* ^üNlI^àBLa, 

ij^mtr IV Uix i* ’î^djii 

■■ > LBi^^nhi *W If. ïrUULhèi- 
P»t4 û* IUl+4, ÉhlarW * 

+ 

■:«3Eni ¥ 

C4m\é 4r4 £uia, ftil -a^ttnTl 1 XhHMv 
■+ 

büu Jtl (dl-k "fi^iBik#"] 

ÉTIC *7Tiï 

«bala d» bfxiau piji «nUrrl 1 kkââ 

44A ;=WdJ-iaaB*4iTia, bltnH 

€a J-4^1aa an.*. 14ul«lfln+ Uw i4 L 

hr «ü 'HJ, 


.¥■3 

I* 

Mu-L 


'■r4£i 


II 


AU4‘_-m -DiD 



[p*uUâ-^ 

- âuiPÏ 

■ 

i 

BC^JT i4Sl 1* "^glD"] 


iliu. 


1 

4TU *■!&] 

^■Kf-liCa 4 Da 

nlaZ-ï 

Ja 14 

i 

0«k* ia 7!4PÏ* 

da PMtiPP. 

, tnraanJLa 

H fl auiS 

an*a 

1 


(du ’^bcMCiü*] 
47T4/rr* -r PHi 
0«La £* lu-ha «h. 

44 niltu 

+ 

ujji. V 
[TAf --Aâali 

tdad* 4É aai.4* a t îr» Bitflaa 


ADÏ^Um 

Li«t^ ÛilJHàfùl^fr^ da-rialt 


cwn 


[4, hu 4 U4ïill+ #a lv4u, 41 

/us* «nfanLaJ JCÜ^l AAEA;,? I Si al 


4 ¥ 4 ir t/uS* «ÉifanLaJ JCÜBtt, JUlEi 
:aA *iÉrL£* ^ UaphnnJ d* tWEIL qi4~4b 
i^LtJ h/WiJ Itf, ia¥^^aui la papa VmXltf ¥ 


a 


■KMKUI] 
44C11 "J^lUa* 


blLHRÊË 

I -*«75 

-Cüül* dÉ AaJta al D&4i 
+■ 

ijâi^ævi; Edii ^^ua^l 
^ ■irja4M*ï 
Ont* 0* 31404* 

Jhi4 -ik. Jlula 

Pfm1*b 4 Ni 1 Jl 4 dDiiju^ilah 4* i*nur^ i* fciJiiL* an ùa? 
«^^r* Lwl* II, 1* ”Wffii4", V4Ln#v *fi iBbl I Ayltlir#, K«rt 
?4daàVr* ou J’afivJ.ar *lii ai -vriitddi^ jl ^adun pn Bfa- 

tAnrùk «4 Jl AVa.l,-t Irti^l nan^. U 11^1^ kâMA *V 4 » HotL) da 
In dia 44- C^UliP 17^ PU ali da DW- 

tj^+, lw%. AphkhJw» 4* WBjirt«a"L ât riftJMUlt dIrfofcMnt 

Jugif* 1 qaa jour* an alidfi^P r*VHdi*l-tl-« 4 !-■■ pAui^ni:^, 

PfrU*L44lP rtÉllP#* d'ipr^P im pArL*jii 1* iiHriaii*• 

Vlufua da ûaa|a>i-^* advahj w4 4* -3t 

çkPAf l'im f*P qVltFP rp^*-iujï *• ** pLlSa/a «Pi^ r«* 

^ PdL ëlfA*i *m am HmL inù/lTÛÿ l'AVM >E0<Kr, s L aa 

Tr^rurxLt mot 4»t't4 l4tP *u. Laalaimk da r¥wfül**f^Prr* 

dkm -l^aiMklhU 4É bMulaii afu-a||haljr4 1* DI RiT-a*4¥4 U4« 
■QftpiLpr^ Pduirv 1 k*HiM&a (ludÉiy 





,trM fîtiïr TWÎJÏSrr Cfl I Oïi \ Il LÏ^'B^tïvcVÎ^ ‘ J' K^f\n fi j-l É-^Ct>itWU 



Si 

e ï 


jî 2 “ 


i -:i 

a ï ^ 

îii 

i«ï 

m; 


il 

l^ ta 

lî 

te Z 

y 

fî 

£ 


















Ma * ' 



’‘r4lÉfS%-' 

PIhUil 


Hni 





IHq 


aK’i;'IKK 


lu